Samedi 15 Décembre, 2018

Le Trésor américain critique les prêts de la Banque mondiale

Un responsable du Trésor américain a vivement critiqué mercredi devant le Congrès la politique de prêts de la Banque mondiale, dont les Etats-Unis sont le premier actionnaire.

Le sous-secrétaire au Trésor en charge des affaires internationales, David Malpass, a blâmé la Banque mondiale pour "continuer à prêter d'importantes sommes d'argent" à des pays qui ont un accès au marché des capitaux".

Depuis 2009, affirme le responsable américain, 40% des prêts de la banque mondiale sont allés à des pays qui auraient dû, selon lui, être "reclassés" comme ayant une économie et un accès aux financements sur les marchés suffisants.

Dans un discours devant la sous-commission du commerce et de la politique monétaire de la Chambre des représentants, M. Malpass relève que la Banque mondiale tarde à reclasser ces pays car "elle veut lutter contre la pauvreté dans les pays à revenu moyen (...) et couvrir ses frais en prêtant à des pays plus faciles et moins risqués".

Il juge que les discussions concernant le processus de reclassement des pays ne sont souvent "pas sérieuses et sans objet" alors que la décision de reclassement revient fréquemment au pays concerné.

"Nous pensons que la Banque mondiale peut faire un meilleur travail à tenir ses engagements envers les pays les plus pauvres tout en sauvegardant un modèle de gestion sain", ajoute-t-il.

M. Malpass, qui récemment avait souhaité que la Chine emprunte moins aux institutions financières internationales, a critiqué cette fois-ci la politique économique de Pékin dont "la libéralisation semble ralentir voire s'inverser".

"Récemment le rôle de l'Etat a augmenté dans l'économie chinoise. Les entreprises d'Etat ne font pas face à des contraintes budgétaires et la politique industrielle chinoise devient de plus en plus problématique pour les entreprises étrangères", a affirmé ce responsable de l'administration Trump alors que le président américain est actuellement en visite à Pékin.

"Ce ne sont pas le genre de réformes vers une économie de marché que la Chine a entrepris par le passé ou dont elle a besoin", a ajouté M. Malpass.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :