Lundi 16 Décembre, 2019

Le Sénateur Jean Marie Salomon dénonce la situation du Sud

7 mois environ après le passage de l’ouragan Matthew et l'organisation du carnaval dans la ville des Cayes, le Sénateur Jean Marie Salomon, constate que la situation du département  n'a pas changé d'un poil. Et le progrès tarde à venir. En effet, intervenant ce lundi 22 mai 2017 au micro de Marie Lucie Bonhomme, l’ancien commissaire des Cayes apporte des clarifications tout en sollicitant l’aide du gouvernement. 

« Il faut agir et il faut agir vite », exhorte M. Salomon, constatant les dégâts causés par le passage de l’ouragan Matthew qui a dévasté la région du grand Sud. Après ce désastre, le gouvernement « voulant relancer l’économie dans la région », a jugé bon d’organiser le carnaval national dans le Sud. « Une décision monstrueuse », rappelle le Sénateur.

Mais qu'est-ce qu'il fallait faire ? « c’était d’abord procéder à une politique d’austérité budgétaire, permettant d’assainir l’administration publique. Parvenir à un plan de relance économique, par exemple à travers des travaux de conservation de sol, de curage, drainage des rivières. Ensuite permettre aux paysans de relancer la production agricole. Malheureusement ce n'est pas ce qui a été fait », regrette le premier Sénateur du Sud.

A croire Jean Marie Salomon, la situation s'aggrave au niveau du département. Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur différentes régions du Sud, dévoilent la vulnérabilité du département et met au grand jour les manquements qui persistent, environ sept (7) mois après le passage de l'ouragan Matthew. 

« Nous vivons un enfer dans le Sud », enfonce le Sénateur, affirmant que la situation est catastrophique et qu’il n’y a aucune amélioration. Selon lui, il y a encore des personnes habitant la cote Sud, qui, malgré tous les « soi-disant »investissements pour secourir les victimes de l’ouragan, vivent encore dans des abris fabriqués avec des bâches.

Parallèlement, le Sénateur n’a pas manqué de pointer du doigt le chef d’Etat qui selon lui, évolue dans un mauvais entourage. « On constate que le pays n’a pas une bonne gouvernance. On ne sait qui fait quoi. C’est la pagaille sur le plan administratif », argumente le Sénateur. « Le président Jovenel, notre ami, peut avoir la volonté, mais il doit changer de stratégie », tance le Sénateur.

« Il faut un plan de relance économique dans la région du grand Sud, particulièrement pour le Sud et la Grand-Anse. Dans le cas contraire, la situation peut s'empirer et engendrer un soulèvement populaire », avertit le vice-président du Sénat.

Par Ralph Erol Tedy

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :