Dimanche 20 Octobre, 2019

Départ des "mercenaires": le sénat et le CSPJ exigent des explications

Le sénat et le CSPJ exigent des explications sur le transfert des mercenaires aux États-Unis

Le sénat et le CSPJ exigent des explications sur le transfert des mercenaires aux États-Unis

Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) se dit stupéfait devant le transfert aux États-Unis d’Amérique, des présumés délinquants étrangers appréhendés par la police nationale d’Haïti, 17 février dernier. Dans une correspondance adressée, ce jeudi 21 février, au ministre de la Justice et de la sécurité publique, Jean Roody Aly, le CSPJ demande à ce dernier de lui fournir des explications relatives à cette situation jugée « inqualifiable et qui tend à saper les fondements de l’État de droit et de la démocratie ».

L’organe régulateur du système judiciaire haïtien dénonce cette pratique illégale et arbitraire rappelant que les tribunaux haïtiens sont les seuls compétents pour connaitre de toutes les infractions commises sur le territoire de la République.   

Parallèlement, le Conseil supérieur de la police nationale est invité ce lundi 25 février, à se présenter au sénat de la République par la commission justice et sécurité. Le CSPN devra s’expliquer sur le dossier des ressortissants étrangers transférés aux États-Unis, quatre jours après leur arrestation en Haïti. En ce sens, ladite commission a adressé une correspondance au président du grand corps Carl Murat Cantave, selon le président de la commission justice et sécurité du sénat le sénateur Jean Renel Sénatus.

Le parlementaire précise que le CSPN devra se faire accompagner du responsable du sous-commissariat de Port-au-Prince qui avait réalisé le coup de filet, du directeur départemental l’Ouest et du gouverneur de la Banque de la République d’Haïti, Jean Baden Dubois. D’un autre côté, le président de la commission justice et sécurité du Sénat indique qu’il n’y a pas lieu de parler d’extradition dans le cas des ressortissants américains transférés aux États-Unis.

Aucune poursuite aux Etats-Unis 

Transférés aux Etats-Unis le 20 février par un vol commercial, les cinq Américains lourdement armés arrêtés en Haïti le 17 février dernier ne feront pas l'objet d'accusations criminelles dans leur pays.  Cette information a été communiquée au journal américain par des sources fédérales ayant déclaré que les hommes en question arrêtés avec des véhicules sans plaque d'immatriculation et une importante cargaison d'armes automatiques et autres munitions, ne seront pas inculpés au pénal.

Selon les déclarations des étrangers, leur présence en Haïti était liée à une mission d'assurer la sécurité privée d'un homme d'affaires travaillant pour le compte du gouvernement haïtien, alors que le Premier ministre Jean-Henry Céant avait déclaré plus tôt cette semaine qu'ils étaient en mission contre lui et le parlement haïtien.

Départ coordonné avec les autorités haïtiennes

La semaine dernière, des représentants de la Primature et de la Présidence ont affirmé à la presse que le Président et le Premier ministre n'étaient même pas au courant du transfert des hommes. Tandis que, une source du bureau du procureur américain soutient que « le retour des personnes aux États-Unis a été coordonné avec les autorités haïtiennes ». 

En effet, le ministre Haïtien de la justice, Jean Roody Aly aurait autorisé ce départ. Dans une lettre, il aurait avoué avoir « autorisé une procédure de transfert de citoyens américains et de résidents permanents des États-Unis aux États-Unis d'Amérique, soit un total de sept personnes pour répondre aux accusations de transport d'armes illégales depuis les États-Unis ».

L’un des 7 étrangers arrêtés, Christopher Michael Osman, a expliqué, ce vendredi, sur son compte Instagram que lui et ses collaborateurs se rendaient en Haïti pour assurer la sécurité de personnalités, proches du président de la République Jovenel Moise. Tout en soulignant avoir été utilisés comme des pions dans le cadre d’un conflit opposant le chef de l’État et le chef du gouvernement Jean-Henry Céant, Christopher Michael Osman indique qu’il a bénéficié d’un traitement favorable des Haïtiens.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :