Samedi 31 Octobre, 2020

Le roman Gouverneurs de la rosée est maintenant disponible en Japonais

Collage de la couverture de Gouverneurs de la rosée et son traducteur

Collage de la couverture de Gouverneurs de la rosée et son traducteur

Déjà disponible en une quinzaine de langues, le roman classique Gouverneurs de la rosée de Jacques Roumain vient d’être traduit en japonais.

Souvent cité comme le chef-d’œuvre de la littérature haïtienne du 20e siècle (y a-t-il mieux au 21e ?), le livre-événement Gouverneurs de la rosée, dont l’édition princeps remonte à 1944, est disponible dans une quinzaine de langues.

Parmi celles dans lesquelles il n’était pas encore permis de le lire, figurait le japonais. Et voilà qu’à la veille des 76 ans de la parution du livre qu’un professeur japonais a eu l’ingénieuse idée de rendre disponible le texte dans la langue de Mishima, apprend-on de Frantz Duval, rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste.

Lire aussi: Ce célèbre écrivain haïtien est le fondateur du Bureau d’Ethnologie

« Le professeur d’université japonais Hiroshi Matsui, enseignant-chercheur, vient de publier la traduction en japonais du livre phare de Jacques Roumain, Gouverneurs de la rosée », a écrit, ce samedi matin, l’éditorialiste sur son compte Twitter.

Il a, par la suite, partagé la première couverture du livre en hiéroglyphe japonais, puis une photo du traducteur, Hiroshi Matsui. Des recherches ont été effectuées sur le traducteur, mais on sursoit aux informations recueillies par peur de se tromper sur l’identité de Monsieur Matsui.

Histoire du livre

Le livre Gouverneurs de la rosée s’ouvre sur l’un des plus beaux incipit de la littérature haïtienne « Nous mourrons tous... ». Du moins, c’est ce qu’a laissé entendre le critique Dieulermesson Petit-Frère, dans les colonnes de Le Nouvelliste en 2018.

De l’avis du spécialiste des lettres haïtiennes et directeur de publication chez Legs Éditions, ce cri de retranchement n’aura laissé personne indifférent.

Lire aussi: Gouverneurs de la rosée au coeur de l'album rap "Mèt Lawouze"

En fait, l’histoire de ce livre c’est celle d’un salvateur nommé Manuel (référence à Emmanuel de la Bible, probablement) revenant de Cuba avec la mission principale de ramener de l’eau au faubourg Fonds-rouge qui croupissait depuis des lustres sous une sécheresse qui ne dit pas son nom.

Au fil de sa mission, le héros a été aimé, détesté et trahi…puis poignardé par son cousin Gervilien qui lui vouait une haine pour la jeune marabout, Anaïse, son ancien amour.  

Gouverneurs de la rosée est souvent qualifié de roman paysans ou révolutionnaire par les critiques d’ici et d’ailleurs. Dany Laferrière s’est extasié à écrire en 2018 dans le magazine Le Figaro : « Tout écrivain qui voudrait situer son roman dans la paysannerie haïtienne ne trouvera qu'un champ brûlé par le classique de Roumain: Gouverneurs de la rosée ». Qui dit mieux ?

Quelque trois ans après son édition princeps, soit en 1947, Gouverneurs de la rosée avait connu la « gloire internationale ». Le journal communiste français L'Humanité, dans son édition du 26 janvier 1947, avait entamé la publication du roman en feuilleton illustré par le célèbre peintre et illustrateur de presse allemand, Max Lingner.

Depuis, le livre a gambadé de continent en continent. On s’étonne même qu’il a pris tout ce temps pour s’établir dans la langue et la culture japonaises.  

Websder Corneille

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :