Samedi 20 Avril, 2019

Drapeau noir et rouge à Vertières: le RNDDH condamne le geste de MJC

Les réactions continuent de pleuvoir après la décision de Moise Jean-Charles de hisser le drapeau noir et rouge en remplacement du bleu et rouge sur la place de Vertières, samedi dernier lors d’une manifestation organisée au Cap-Haitien. En effet, dans un communiqué publié en date du 12 novembre 2018, le réseau national de défense des droits humains (RNDDH) exprime son indignation devant cet acte posé par un ancien législateur.

« Le réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a appris avec consternation que le 10 novembre 2018 sur la place de Vertières, au Cap-Haitien, des individus guidés par le militant politique Moise Jean-Charles se sont arrogés le droit de hisser un drapeau autre que celui de la nation haïtienne. », écrit l’organisme de droits humains.

« Le RNDDH estime qu’il s’agit là d’un acte anarchique qu’il convient de condamner avec la dernière rigueur. En effet, le drapeau, emblème national, constitue l’un des principaux symboles de l’identité de tout peuple. Sa prise ou son remplacement par un autre signifie la capture (réelle ou fictive) de l’identité qu’il représente, lit-on dans ce communiqué du réseau.

Parallèlement ,le RNDDH juge que les différents problèmes auxquels le pays est confronté ne peuvent être résolus par le changement du bicolore national. Au contraire, écrit-il, l'événement du 10 novembre 2018 ne fait que fournir un autre sujet d’actualité qui, au final, n’aura pour conséquences que de détourner les regards sur les sujets liés au respect des droits civils, politiques, économiques et sociaux du peuple haïtien.

Par ailleurs, l’organisme de défense de la personne humaine se réjouit du fait qu’aucun incident fâcheux ne se soit produit, dans l’euphorie du moment, car fait-il remarquer, demander à un jeune de se hisser sur un mât est un acte très dangereux.

Le leader de Pitit Dessalines, Jean Charles Moïse, avait expliqué que son initiative de faire flotter le drapeau noir et rouge à Vertières s’inscrit dans le cadre d’un projet politique global et symbolise la fin du système actuel. Selon l’ex-candidat à la dernière présidentielle, il s’agit d’un signal envoyé au secteur économique et à la communauté internationale.

Jean Charles Moïse qui ne jure que par le départ du président Jovenel Moïse. L’ex-sénateur estime d’ailleurs que le chef de l’État aurait déjà dû faire ses valises après une telle action. Jean Charles Moïse promet de reproduire un tel acte dans d’autres endroits du pays réitérant sa détermination à poursuivre le combat pour rétablir l’idéal Dessalinien.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :