Dimanche 21 Avril, 2019

Le “rara” bat son plein à Léogane

Par Luckson Saint-Vil

Depuis le premier weekend qui suit le carnaval national, la commune de Léogane danse au rythme d’une trentaine de "bann rara", réparties dans 13 sections communales. Ces groupes créent l'animation jusqu'au dimanche de pâques, date de clôture des festivités, qui se déroulent autour du thème : "Demanbre n se fòs nou, ann kore l"

Samedi 17 mars 2019. Au quartier général de “Rosolie de Bernard”, c'est l’euphorie. Cette bande de rara fondée en 1823 célèbre son traditionnel anniversaire de chaque année. Les mordus du rara ont fait le déplacement. 1 heure du matin. La première bande arrive. Derrière elle, des dizaines de fans. Arrivé devant le stand officiel, les musiciens créent l'animation et déploient toutes leurs forces, pour offrir un vrai spectacle.

Tchatcha en main, Johanne, une jeune fille qui avoisine la vingtaine est remarquée à l'intérieur de la foule en liesse. Elle se déhanche et se laisse emporter par le plaisir. A côté d'elle, un homme âgé. Sur sa tête, une lampe, il danse et chante malgré la stagnation des eaux boueuses sous ses pieds. Ils ont parcouru des kilomètres pour arriver ici.

 

Cette période de fête, débutée automatiquement après la fin du carnaval national, s’étend sur 7 weekends au total. Chaque samedi, ils sont des milliers de fêtards à danser au son des tambours, vaccine, trombone et trompette. Enfants, jeunes et vieux, le plaisir et le défoulement s'installent à Léogane, le bastion du rara.

Avant le dimanche pâques, considéré comme “jour gras”, chaque weekend, une bande de rara se fête. Dans la nuit du samedi au dimanche, les différents “raras” défilent devant le quartier général de la bande en question, en signe de respect et de solidarité.

“En dépit de la situation économique et politique difficile du pays, on essaie de garder la tradition”, déclare un responsable d'un groupe, qui appelle l'Etat central à accorder beaucoup plus d'importance à ces festivités. Il réitère sa volonté de continuer à vendre cette tendance et promouvoir la culture haïtienne.

 

A date, aucun budget n'est annoncé. L’Union des Raras de Léogane (URAL), le principal comité organisateur, ainsi que la mairie de Léogane ne se sont pas encore prononcées sur le déroulement de ces activités qui réunissent chaque année des gens venus de partout, y compris la diaspora haïtienne.


Luckson SAINT-VIL

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :