Dimanche 25 Février, 2018

Le Prêtre assassiné avait « vu en rêve » une attaque armée contre lui

Le Père Simoly Joseph / Photo: Guadeloupe catholique

Le Père Simoly Joseph / Photo: Guadeloupe catholique

Le révérend Père Joseph Simoly, assassiné par balles à Port-au-Prince le 21 décembre 2017, à 54 ans et enterré, le samedi 30 décembre, a vu une attaque armée contre lui en rêve, il y a trois ans.

Après avoir visionné une vidéo datée de 2014, dans laquelle on voit le défunt Père Simoly Joseph raconter un rêve dans lequel un individu déchargeait sur lui une mitrailleuse , l’équipe de Loop Haiti a mené sa petite enquête auprès de quelques membres de la communauté catholique en Haiti, en vue de vérifier son authenticité.

« Oui, il a bien eu ce rêve », ont confirmé nos sources.

C’est en 2014, devant une grande foule,  que le Prêtre a raconté son cauchemar lors d’un culte qu’il a tenu au Sanctuaire de Notre Dame du Cap, un lieu de rassemblement spirituel du Québec.

« Un jour après mon ordination sacerdotal, le 29 juin 1992, j’ai eu un songe : j’ai vu en rêve que j’étais attaqué par un homme méchant qui déchargeait sur moi, une mitraillette, de manière impitoyable […] et avec acharnement », a dit le Prêtre à l’assistance.

Il a ajouté qu’à mesure que l’homme lui tirait dessus, un visage apparut dans les nuages et lui criait continuellement « Je t’aime ».

26 ans plus tard, le Père Simoly est tombé, non loin de sa maison, à Port-au-Prince, sous les balles d’individus circulant à moto. Plusieurs balles. Les autorités parlent même d’« acharnement » pour décrire la manière dont l’acte a été perpétré contre la personne du Père très connu dans le milieu catholique en Haiti.

C’est monnaie courante en Haiti. Les gens rapportent souvent avoir vu en rêve des choses que, dans un futur, ils vivent dans la réalité. Parfois, c’est l’inverse, c’est après avoir fait une expérience qu’ils se souviennent avoir fait un rêve dans lequel les choses se seraient déroulées presqu’exactement de la même manière.

La différence entre le rêve du Père et ce qui s’est passé, c’est que dans le songe, aucun des projectiles de son agresseur ne parvint à l’atteindre. C’est ce qu’il a décrit : « mais je n’avais été atteint par aucun des projectiles ». Il a ajouté : « à un certain moment, j’ai vu tomber du ciel des gouttes de sang, comme pour me dire que c’est lui (le Seigneur) qui a été atteint à ma place ».

Après sa mort, les funérailles du Père Simoly ont été chantées le samedi 30 décembre en présence d’évêques de la conférence épiscopale, de membres du parlement, des représentants des organisations promouvant les droits de l’homme en Haiti, ainsi que membres de partis politiques. L’inhumation, quant à elle, a eu lieu le même samedi en la cathédrale de Hinche.

Plusieurs individus auraient déjà arrêtés dans le cadre de ce dossier.