Vendredi 20 Septembre, 2019

Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, annonce son départ

L'ex-président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, le 1er juin 2016 à Washington. AFP

L'ex-président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, le 1er juin 2016 à Washington. AFP

Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, a annoncé lundi qu'il démissionnera à la fin du mois de janvier.

Le départ inattendu de Kim, trois ans avant l'expiration de son mandat, risque de déclencher une bataille acharnée entre l'administration Trump et d'autres pays qui se sont plaints de l'influence des États-Unis sur la Banque mondiale.

Dans une lettre adressée au personnel de la banque, M. Kim a déclaré qu'il pensait depuis longtemps qu'il était essentiel de travailler avec le secteur privé pour combler l'écart entre les besoins de financement énormes des pays en développement et le montant de l'aide disponible.

"J'ai donc décidé qu'il était temps pour moi de relever de nouveaux défis et de concentrer pleinement mes efforts sur la mobilisation de fonds privés pour le bénéfice des gens [...] ", a déclaré Kim dans une note au personnel.

Le départ de Kim donnera au président Donald Trump l'occasion de faire son propre choix pour pourvoir le poste à la Banque mondiale.

La Banque mondiale, qui compte 189 nations, est la plus grande source de financement destinée au développement, fournissant des prêts à faible coût pour des projets dans le monde entier. 

Depuis la création de la Banque mondiale à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ses dirigeants sont tous des Américains. Son agence de prêt, le Fonds monétaire international, a toujours été dirigée par un Européen.

D'autres pays, dont la Chine et d'autres pays asiatiques, se sont plaints de cette tendance. Le FMI, qui fournit des prêts d'urgence aux pays en crise, est actuellement dirigé par l'ancienne ministre française des Finances, Christine Lagarde.

Kim, l'ancien directeur du Dartmouth College, a été invité pour la première fois par l'ancien président Barack Obama à diriger la Banque mondiale en 2012. Il a été nommé par Obama pour un second mandat en août 2016. Ce mandat aurait pris fin le 30 juin 2022.

Dans sa déclaration de démission, M. Kim a déclaré qu'en plus de rejoindre une société qui se consacrerait à l'augmentation des investissements dans les infrastructures dans les pays en développement, il rejoindrait également Partners in Health, une organisation qu'il a cofondée il y a plus de 30 ans pour apporter un soutien médical aux nations pauvres.

La Banque mondiale a annoncé que Kim sera remplacé provisoirement le 1er février par sa directrice générale Kristalina Georgieva. Par suite, le conseil d'administration de la banque entamera immédiatement le processus de sélection du successeur permanent de Kim.

"Ce fut un grand honneur de servir en tant que président de cette institution remarquable, remplie d'individus passionnés voués à la mission de mettre fin à l'extrême pauvreté ", a déclaré Kim.

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a hâte de travailler avec les autres pays du conseil exécutif de la banque, composé de 24 membres, afin de choisir le successeur de Kim, a déclaré un porte-parole du cabinet.

Kim, le douzième président de la Banque mondiale, a dû faire face à plusieurs crises durant son mandat, notamment la mobilisation de ressources pour faire face à la crise des réfugiés syriens.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :