Lundi 21 Octobre, 2019

Le président Bolsonaro promet de "rétablir l'ordre" au Brésil

Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, ceint de l'écharpe présidentielle remise par son prédécesseur Michel Temer, le 1er janvier 2019 à Brasilia

Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, ceint de l'écharpe présidentielle remise par son prédécesseur Michel Temer, le 1er janvier 2019 à Brasilia

Le nouveau président d'extrême droite du Brésil Jair Bolsonaro a promis mardi de "rétablir l'ordre", se lançant dans une croisade contre la criminalité, la corruption et l'idéologie de gauche, au premier jour de son mandat de quatre ans.

Visiblement ému, il s'est interrompu quelques secondes pour savourer le moment et entendre ses partisans crier "le capitaine est arrivé".

Brandissant un drapeau brésilien, ce farouche anticommuniste a affirmé que "cette bannière ne sera(it) jamais rouge", "sauf si "notre sang doit être versé".

Il a également préconisé "un vrai pacte national entre la société et les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire".

"Je vous remercie pour ces mots d'encouragement. Ensemble, sous la protection de Dieu, nous allons apporter la prospérité et le progrès à nos peuples", a répondu le président brésilien à celui avec lequel il partage de nombreuses valeurs.

La Première Dame Michelle Bolsonaro, vêtue d'une robe rose pâle avec les épaules dénudées, a fait une entorse surprenante au protocole en donnant un bref discours en langage des signes.

- Attentes et inquiétudes -

Le capitaine de réserve devrait lancer au pas de course une série de réformes pour inaugurer son mandat à la tête de la première puissance d'Amérique latine.

Mais son arrivée à la tête du pays suscite de nombreuses inquiétudes, notamment en matière de respect des valeurs démocratiques, des minorités, des alliances avec les partenaires traditionnels du Brésil et de protection de l'environnement.

Ancien parachutiste, Jair Bolsonaro s'est fait élire avec 55% des suffrages le 28 octobre, mettant fin à une série de quatre victoires électorales du Parti des Travailleurs (PT, gauche) de Luiz Inacio Lula da Silva, aujourd'hui en prison pour corruption.

Son investiture s'est déroulée sous très haute sécurité à Brasilia, où même les parapluies ont été interdits. L'impressionnant dispositif a compris outre de nombreux check-points pour la foule, un système antimissile, 20 avions de chasse mobilisés et la fermeture de l'espace aérien.

Malgré les craintes d'un nouvel attentat, il a remonté l'esplanade des Ministères à bord d'une Rolls-Royce décapotable, saluant la foule debout à l'arrière du véhicule, aux côtés de son épouse et encadré par les cavaliers des Dragons de l'Indépendance.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :