Lundi 18 Novembre, 2019

Le Petrochallenger Richard Sénécal rejoint MTV de Réginald Boulos

Le pétro-challenger Richard Sénécal. Crédit Photo: Richard Sénécal/Facebook 2012

Le pétro-challenger Richard Sénécal. Crédit Photo: Richard Sénécal/Facebook 2012

Par Websder Corneille

Depuis près d'un mois, le Petrochallenger patenté, Richard Sénécal a rejoint le Mouvement Troisième Voie (MTV) du Dr Réginald Boulos. La dernière recrue qualifie MTV d’idéologie de « centre gauche ».

Depuis le début de la vague Petrochallenge qui a secoué le pays en août 2018 et qui visait à demander des comptes au sujet du gaspillage du fonds Petrocaribe, le cinéaste reconnu et respecté du 7e art en Haïti, Richard Sénécal, a été identifié comme une figure de proue de ce mouvement. D’un seul tweet, il pouvait se payer de la tête de dix hommes qui souhaiteraient se positionner en face de cette lutte contre la corruption séculaire qui gangrène le pays.

Un an plus tard, ce temps est déjà révolu, Sénécal est passé à autre chose. « Il y un manque d’implication politique de la part des Petrochallengers », regrette-t-il, ce samedi, à la rédaction de Loop Haïti. À dire vrai, il s’est déjà prononcé à ce sujet depuis bien avant. Il reconnait, toutefois, que ses camarades Petrochallengers ont fait de leur mieux pour continuer la bataille contre la corruption dans le pays, et garder la même position de départ.

Le cinéaste croit qu’il faut abandonner un instant l’espace des réseaux sociaux pour s’engager dans la vraie bataille politique si l’on souhaite le renouveau dans le pays. « Nous ne pouvons que chamailler à longueur de journée sur les réseaux sociaux, nous avons la responsabilité d’aller plus loin, intervenir directement sur les choses. Il faut sauter sur cette occasion dès qu’elle se montre », prévient-il.

Pourquoi Richard Sénécal a choisi le MTV ?

Il a fait choix de ce mouvement parce qu’il s’y trouve à la lisière de son idéologie, ses motivations personnelles, et les décisions qu’il a prises sa vie durant. « Puisque le MTV rejoint les valeurs qui me sont siennes depuis des lustres, et en même temps offrir la possibilité d’influencer directement le système politique, alors je décide d’entamer une collaboration avec eux », répond-il, franchement.

« C’est une idéologie de centre gauche (moi, je n’ai jamais été un homme de droite, et je ne le serai jamais ! Je ne suis pas également un extrémiste), et puisque j’ai une sensibilité sociale assez forte pour les valeurs de centre gauche, c’est en ce sens que je me retrouve allié de MTV », explique-t-il. Il n’exprime à présent aucun regret d’avoir rejoint ce mouvement.

Ses racines dans la politique en Haïti

Jusqu’au choix du MTV, Sénécal se trouvait à l’écart des milieux de la politique haïtienne, il s’adonnait de préférence à l’audiovisuel qui est son domaine de prédilection. « Dans les années 87, je m’étais occupé à filmer la campagne des candidats Marc Bazin, Leslie Manigat, Gérard Gourgue, de grands hommes politiques », raconte-il.

Même en étant à l’extérieur de l’arène politique, les gens, selon lui, ne sont jamais arrêtés de lui coller à la peau l’étiquette de Fanmi Lavalas. Mais pas de fumée sans feu, dit le vieil adage. Le discours a une histoire, et celle de Sénécal remonte à 1991, période de la percée lavalassienne. « Peut-être que cette histoire remonte à l’époque où je collaborais avec la Télévision nationale d’Haïti. Vite, après le coup d’Etat de 91, j’avais décidé de prendre de la distance avec la chaine pas parce que j’étais pro-Lavalas, plutôt je ne supportais pas la montée des exactions qui se pratiquaient à l’interne, notamment l’assassinant du cameraman Edmond Louis. Donc, j’ai pris de la distance avec la brutalité, non parce que j’étais proche de Fanmi Lavalas », affirme-t-il.

« C’est ma première expérience sur le terrain de la politique, mais c’est parce que je me suis rendu compte que je ne peux pas rester les bras croisés, inactif, sans prendre des positions claires », précise la nouvelle recrue du MTV. « Il se peut que MTV n’arrive pas au pouvoir au cas où il deviendrait un parti politique, mais je pense qu’avec un pareil mouvement, nous avons plus d’opportunités pour faire bouger les lignes ».

Peut-on faire confiance à MTV, en l’occurrence Réginald Boulos ?

À titre de rappel, le MTV est l’œuvre du Dr Réginald Boulos, grand entrepreneur haïtien, et Richard Sénécal n’y voit aucun mal de collaborer avec lui sur ce projet. « J’ai dit que c’est un mouvement de centre gauche, et dans le centre on retrouve les valeurs de l’entreprenariat, de la création d’entreprises, etc., mais la sensibilité sociale nous conduit sur les rives de la gauche », précise le cinéaste.

« Ça peut paraitre paradoxal, mais en même temps ce n’est une première historique. Fidel Castro était un grand bourgeois de Cuba, grand propriétaire terrien, ce qui ne l’a pas empêché de fonder un mouvement d’extrême gauche. Autre exemple, les frères Izmery qui étaient de grands bourgeois haïtiens mais s’allient à la mouvance Lavalas, un parti beaucoup plus extrême que la gauche traditionnelle. Ce n’est pas totalement incompatible », explique Sénécal.  

Dans cette interview avec notre rédaction, il a aussi un mot d’encouragement et des motifs de fierté d’avoir posé la patte sur la graine de star haïtienne, Gessica Généus. Elle vient de remporter le grand prix du Festival international du film documentaire Amazonie Caraïbes à Saint-Laurent du Maroni en Guyane (FIFAC), huitième de ce genre, pour son moyen-documentaire « Douvanjou ka leve ».

« La valeur de Gessica vient d’elle-même, je pouvais tout faire mais si elle ne possédait pas des valeurs intrinsèques, ça n’aboutirait à rien », reconnait-il. « Mon seul mérite c’est être capable de reconnaitre chez certaines personnes les valeurs intrinsèques qu’elles détiennent, que ce soit dans le domaine du cinéma avec Gessica ou BIC (Roosevelt Saillant) dans la musique. Donc, je les ai tout simplement offert des opportunités pour exploiter leur talent ».

« Je suis très fier d’elle, c’est un excellent film que j’ai visionné avec beaucoup d’émotions. C’est toujours bien de suivre l’évolution de quelqu’un. Le meilleur reste encore à venir pour elle », se réjouit-il.

Richard Sénécal se prépare déjà aux éventuelles attaques qu’il aura à subir pour ce choix, notamment du côté de ses camarades Petrochallengers qui pourraient considérer ce revirement comme une trahison, dit-il, avec beaucoup de lucidité. Toutefois, « je ne suis pas incohérent par rapport à moi-même, je reste libre de mes choix toujours bien réfléchis », tient-il, avant de se retirer à l’autre bout du fil.

Twitter : @webscorneille

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :