Dimanche 26 May, 2019

Le pays est en « panne d’idées », selon Evans Paul

Evans Paul, homme politique et ex-Premier ministre d'Haïti

Evans Paul, homme politique et ex-Premier ministre d'Haïti

L’ancien Premier ministre Evans Paul estime que le pays est confronté à une « panne d’idées ». Il a fait ces déclarations lors d’une conférence tenue, ce mercredi 08 mai 2019, aux  locaux du centre vivre-ensemble à Delmas 60, alors qu’il se prononçait sur la conjoncture politique et l’annonce d’une frange de l’opposition qui envisage d’installer un président parallèle à Jovenel Moïse.

Pour le fondateur du parti Konvansyon Inite Demokratik (KID), installer un président autoproclamé serait un acte antidémocratique. Il souligne que le contexte actuel n’est pas similaire à celui de 2001 où les membres de l’opposition d’alors qui protestaient contre l’élection de Jean Bertrand Aristide avaient proclamé Me Gérard Gourgue comme président provisoire. Toutefois, l’ex-chef de gouvernement sous la présidence de Michel Martelly reconnu que le pays n’est pas dirigé.

Par ailleurs, Evans Paul dit avoir honte des révélations de la commission justice et sécurité du Sénat de la République concernant les relations entre le sénateur Garcia Delva et le chef de gang le plus recherché par la police Arnel Joseph.

« Tous ceux qui financent et encouragent les gangs sont aussi des délinquants, la justice doit sévir contre eux », martèle Evans Paul condamnant le silence du sénateur de l’Artibonite sur le contenu de ses conversations avec le caïd.  

Le responsable du Centre vivre ensemble qui n’a pas souhaité commenter la demande de la levée de l’immunité du sénateur formulée par plusieurs organisations de droits humains et de la société civile affirme qu’il revient à la société de juger le parlementaire.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :