Vendredi 13 Décembre, 2019

Le Parquet de Port-au-Prince se décharge du dossier La Saline

Le Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Paul Eronce Villard/ Photo: Loop Haiti

Le Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Paul Eronce Villard/ Photo: Loop Haiti

Le Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Paul Eronce Villard, informe que le dossier « La Saline » n’est plus au niveau du parquet de Port-au-Prince. « L’affaire a été transférée au cabinet d’instruction depuis le mois de janvier dernier », a précisé le chef de la poursuite, qui a rencontré la presse ce jeudi 18 juillet.

Pour une énième fois, le chef du parquet de Port-au-Prince se présente devant la presse en vue de fournir les détails et apporter certaines précisions sur le dossier La Saline. « La première partie de l’enquête s’est déroulée avec comme support, les différents rapports soumis par des organismes haïtiens de défense de droits humains », a informé Paul Eronce Villard, qui ne veut pas parler de « massacre ».

Après la réception de ces documents, la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) a été dépêchée sur les lieux, pour prélever indices et preuves retrouvés sur place. Au terme de la première partie de l’enquête policière, des éléments ont été retrouvés, puis analysés scientifiquement, a-t-il soutenu.

Après trois rapports de la DCPJ produits respectivement le 4 janvier, le 19 février et le 23 avril 2019, Paul Eronce Villard dresse le bilan : « 98 personnes indexées, 16 personnes arrêtées, 14 armes automatiques saisies, 74 plaintes déposées et plus de 80 victimes répertoriées.

« Pour l’heure, le Parquet ne peut intervenir », a souligné le Commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de la capitale. Depuis le mois de janvier dernier, l’affaire a été acheminée au Cabinet d’instruction, et c’est le juge d’instructeur Chavannes Etienne qui s’en charge.

Parmi les personnalités indexées, figurent des autorités du gouvernementales comme le Délégué départemental de l’Ouest, Joseph Pierre Richard Duplan. Qu’est ce qui empêcherait des poursuites contre ces officiels ? A cette question, Paul Eronce Villard se veut clair et ferme : « Zéro pression ! Zéro intimidation ! ».

Après plusieurs mois d’enquête, le chef du Parquet de Port-au-Prince se décerne un satisfecit et affirme avoir agi selon la loi dans le cadre du dossier « La Saline ». Notons que le juge Chavannes Etienne est en charge également de l’affaire liée à la fusillade survenue à Carrefour-feuille, en Avril dernier.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :