Mercredi 17 Juillet, 2019

Le modèle de "L'Origine du monde" enfin identifié

"L'origine du monde" lors de son installation au musée Courbet à Ornans en juin 2014

"L'origine du monde" lors de son installation au musée Courbet à Ornans en juin 2014

L'un des plus grands mystères du monde des arts est sans doute résolu. La jeune femme qui servit de modèle à Gustave Courbet pour peindre "L'Origine du monde" s'appelait Constance Quéniaux, révèle Claude Schopp dans un livre à paraître début octobre.

C'est en travaillant sur la correspondance d'Alexandre Dumas fils et de George Sand que le grand spécialiste français de Dumas père et fils, Goncourt de la biographie en 2017, a résolu une énigme vieille de 152 ans.

Chargé de l'annotation des lettres échangées entre George Sand et Dumas fils, "de traquer les moindres allusions que contient un texte afin de l'éclaircir", Claude Schopp est surpris par une coquille dans la transcription d'une lettre de Dumas à Sand, datant de juin 1871.

"Interview? ça ne voulait rien dire", explique le chercheur au cours d'un entretien avec un journaliste de l'AFP. Il décide de confronter cette transcription au manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Ce n'est pas "interview" qu'il fallait lire mais "intérieur".

Le chercheur fait part de sa découverte à Sylvie Aubenas, directrice du département des estampes et de la photographie de la BnF.

- Bouquet de fleurs -

Avant la découverte de Claude Schopp plusieurs noms avaient circulé quant à l'identité du modèle. On a ainsi évoqué Joanna Hiffernan, maîtresse de Courbet durant l'été 1866, dont la rousseur irlandaise et la carnation blanche correspondent peu à ce que dévoile le tableau, ou celui de Jeanne de Tourbey, maîtresse du diplomate ottoman, mais figure trop en vue pour tenir le rôle de modèle.

En 1866, Constance Quéniaux a 34 ans. Elle ne danse plus depuis 1859 et est une des maîtresses de Khalil-Bey.

Un autre élément vient corroborer la découverte de Claude Schopp. A la mort de Constance, en 1908, on découvrit lors de la vente de succession un tableau de Courbet représentant un bouquet de fleurs. La composition mêle habilement bouquet et plantes en pots.

Surtout, au centre, on remarque une plante grasse qui tend vers le spectateur une profonde corolle rouge épanouie et ouverte.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :