Mercredi 15 Août, 2018

Le Gouv. haïtien honore Nemours Jean Baptiste, père du Konpa Dirèk

Photo : Nemours Jean Baptiste

Photo : Nemours Jean Baptiste

Tout en se préparant pour célébrer le 26 juillet comme Journée nationale du Konpa, le ministère de la culture et de la communication, sous la houlette du ministre démissionnaire Guyler C. Delva, baptise ce mois de Juillet mois de Nemours Jean Baptiste et prévoit une série d’activités devant marquer la gratitude de la communauté culturelle envers l’icône que demeure cet homme à qui l'on attribue la paternité du Konpa Dirèk.

« Nous déclarons le mois de juillet, mois de Nemours Jean Baptiste. Nous allons organiser un ensemble d’activités pour rendre hommage à cette personnalité qui a marqué l’histoire de la musique haïtienne» peut-on lire sur le site dudit ministère.

«La Culture c’est l’âme, c’est la richesse du pays. Nous avons besoin de mettre cette richesse en valeur», dit le Ministre de la Culture et de la Communication, M. Guyler C. Delva, en conférence de presse en date du 5 juillet, dans l’un des locaux du MCC.

De concert avec un représentant de la Fondation Nemours Jean Baptiste, partenaire de l’initiative au même titre que l’Institut d’Etudes des Recherches Africaines (IERAH) de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH), le Ministre Delva a dévoilé le calendrier des différentes activités devant marquer la période.

Alors que le 26 juillet sera déclaré, d’après le Ministre, Journée Nationale du Compas, un buste de Nemours Jean Baptiste sera érigé sur la place Sainte-Anne en cette occasion. Conférences-débat, projections et concerts ponctueront le mois de Nemours, selon le titulaire du MCC.

Un Fonds Nemours Jean Baptiste sera également créé et permettront aux acteurs et créateurs bénéficiant de cette belle invention de contribuer au profit des proches du musicien qui aurait 100 ans aujourd’hui s’il vivait encore.

Dans la foulée, le Ministre en a profité pour annoncer d’autres projets, notamment celui de la «Route de l’esclave», un projet qui, dit-il, a déjà suscité l’enthousiasme de divers acteurs internationaux.

« Plus que n’importe quel autre peuple, ce sujet doit nous interpeller. Nous allons commencer à réhabiliter des monuments liés à ce symbolisme, dont le site de Bois Caïman au Cap-Haitien », a-t-il indiqué.

De plus, M. Delva a annoncé que le MCC lancera, à partir du 22 juillet, un Concours de Danse traditionnelle à travers tout le pays. « C’est un mouvement que nous sommes en train de créer à travers tout le pays pour que les talents puissent s’exprimer », a assuré le Ministre.

A rappeler que Nemours Jean-Baptiste, est crédité d’avoir inventé, il y a 63 ans,  la musique Compas, aussi connue sous le nom de Compas Direct.

Né le 2 février 1918 à Port-au-Prince, Nemours est troisième d’une famille de quatre enfants. Il fit de brèves études à Jean Marie Guilloux et chez les Frères de Saint Louis de Gonzague et a dû faire face très tôt aux affres de la vie en occupant de menus emplois pour survenir à ses besoins.

Débuté dans le jeu d’instrument avec l’aide d’un ami, Antoine Duverger, joueur et propriétaire de banjo, ce dernier lui a confié son instrument. Quelques années plus tard, il fait ses débuts à travers des tournées à travers le pays dans des fêtes patronales. C’est d’ailleurs un jour de la Sainte-Anne, le 26 juillet 1955, qu’il a créé le rythme qui allait devenir le compas avec son propre groupe musical, Conjunto International avec comme membres fondateurs Julien Paul, Monfort Jean-Baptiste, frère de Nemours, Anilus Cadet, Mozart et Krutzer Duroseau et Webert Sicot.

Le 18 Ma 1985, luttant contre le cancer de la prostate et la cécité, il a préféré mourir dans son pays au lieu des Etats-Unis, en dépit de l’insistance de sa femme et de ces enfants, disant qu’à sa mort on reconnaîtra sa valeur.