Lundi 15 Juillet, 2019

Le Kremlin tempête contre les sanctions "inadmissibles" de Washington

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à Moscou, le 27 mars 2017

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à Moscou, le 27 mars 2017

"Inadmissibles", "inamicales", "illégales": le Kremlin a vivement dénoncé jeudi l'annonce des Etats-Unis de nouvelles sanctions économiques contre la Russie en lien avec l'empoisonnement à l'agent innervant Novitchok au Royaume-Uni, qui font craindre une nouvelle escalade entre Moscou et Washington.

La Russie a d'ores et déjà averti qu'elle préparait une réplique à ces mesures punitives liées à l'empoisonnement début mars à Salisbury, au Royaume-Uni, de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia.

M. Peskov a qualifié les Etats-Unis de "partenaire imprévisible", mais ajouté "garder l'espoir de relations constructives avec Washington": "Ces relations ne sont pas seulement dans les intérêts de nos deux peuples, mais aussi de la stabilité et de la sécurité dans le monde".

Le ministre des Finances Anton Silouanov a assuré que le gouvernement et la banque centrale disposaient de "tous les instruments nécessaires pour garantir la stabilité financière", relevant que l'économie russe était devenue "ces dernières années bien plus résistante aux chocs extérieurs".

Les Etats-Unis n'ont cessé de renforcer leur arsenal ces dernières années sur fond d'accusations d'ingérence russe dans les élections américaines, ce malgré les promesses de réconciliation de Donald Trump.

L'empoisonnement confirmé de l'ex-agent double et de sa fille par leur exposition au Novitchok, un agent neurotoxique mis au point par l'Union soviétique à la fin de la Guerre froide, avait été attribué par Londres au gouvernement russe, qui avait nié toute implication et demandé des preuves.

Londres a salué les nouvelles mesures américaines comme "un message univoque à la Russie que son attitude impétueuse ne restera pas sans réponse".

Par la voix de sa porte-parole Maria Zakharova, il a averti qu'une riposte serait mise au point.

En cas de non respect de ces exigences, une deuxième salve de sanctions "draconiennes" serait décrétée, a poursuivi ce responsable, notant qu'elles pourraient aller jusqu'à interdire les aéroports américains aux compagnies aériennes russes ou même suspendre les relations diplomatiques entre les deux pays.

Dès mercredi, les marchés russes avaient chuté après des articles de la presse russe faisant état de la volonté de parlementaires américains de s'attaquer à la dette de l'Etat russe.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :