Lundi 24 Septembre, 2018

Le haut état-major de l’armée d’Haïti sera bientôt connu

Le Commandant en Chef des Forces Armées d'Haïti, le Lieutenant-Général Jodel Lessage, aux Gonaïves le 1er janvier 2018./ Ministère de la Défense - Haïti (Facebook)

Le Commandant en Chef des Forces Armées d'Haïti, le Lieutenant-Général Jodel Lessage, aux Gonaïves le 1er janvier 2018./ Ministère de la Défense - Haïti (Facebook)

L’absence du haut état-major des Forces armées d’Haïti a déjà suscité moult débats dans la société haïtienne depuis la remobilisation de l’institution militaire, 18 novembre 2017. S’il est vrai que l’ancien colonel Jodel Lesage a été nommé lieutenant-général, il n’en demeure pas moins qu’il ne saurait à lui-seul réfléchir et/ou anticiper sur les étapes nécessaires au bon fonctionnement de l’institution.

Le ministre de la Défense, Hervé Dénis a confirmé, cette semaine, la publication prochaine de la liste des membres qui devront constituer le haut état-major. « Nous avions déjà évalué les candidats potentiels », prévient celui qui demande à la population d’attendre les résultats de ce travail qui présentera des personnalités à moralité non tenue pour douteuse. « Bientôt, nous annoncerons le nom des membres ».

Depuis le début, le ministère de la Défense se chargeait à la fois du travail administratif qui lui appartient au propre, mais également des tâches qui, en temps normal, relèvent de la compétence de l’Armée d’Haïti. Sans afficher un signe de fatigue, Denis reconnait que le gros du travail de structuration des Forces armées d’Haïti aboutira avec l’installation du haut état-major.

Parmi les autres étapes à franchir pour arriver à la publication officielle du nom des membres, l’Exécutif devra les communiquer et, enfin, les renvoyer au Parlement et y trouver consensus sur la formation du haut état-major.

Peu loquace depuis son installation, le commandant Jodel Lessage a eu la bénédiction du ministre de la Défense qui a consenti des propos élogieux à son égard. « Le Commandant Lessage se présente tous les jours à son bureau. Il travaille d’arrache-pied pour l’effectivité du haut état-major qu’il attend avec impatience ».

L’article 264 de la Constitution amendée stipule que : « Les Forces armées d’Haïti comprennent les forces de terre, de mer, de l'air et les services techniques. Les Forces armées d’Haïti sont constituées pour garantir la défense et l’intégrité du territoire de la République ».

À présent, un effectif de 150 soldats en treillis s’attelle à la tâche. Denis reconnait l’incapacité du groupe à pouvoir répondre aux exigences relevant des deux Corps : génie et médical. À l’avenir, le Ministre prévoit un Corps de techniciens agricoles pour accompagner la population.

L’histoire retiendra le nom de Hervé Denis comme la cheville ouvrière du remembrement des Forces armées d’Haïti (FAd’H) après plus d’une vingtaine d’années de leur destitution. Dans ce combat qu’il qualifie lui-même de « patriotique », Denis s’est déjà flanqué de la ministre de la Santé Publique et de la Population, Dr Marie Gréta Roy Clément qui lui promet de l’accompagner dans quelques-unes de ses interventions, notamment en rapport au Corps médical. « Une bonne nouvelle », se rejouit-il, la mine enjolivée.