Lundi 15 Juillet, 2019

Le gouvernement arrêtera la subvention du gaz en octobre

Un pompiste assure une transaction dans une station à essence

Credit photo: Vladjimir Legagneur

Un pompiste assure une transaction dans une station à essence Credit photo: Vladjimir Legagneur

Le ministre de l’Economie et des Finances a laissé croire que « l’Etat devrait supporter des gens qui ne sont pas capables, au lieu de subventionner des gens qui peuvent assumer leur responsabilité financière. »

L’augmentation des prix des produits pétroliers est une pomme de discorde entre gouvernement, syndicats des transports en communs, chauffeurs et passagers en Haïti. Dès le début du mois de mai, le premier ministre Jack Guy Lafontant  avait annoncé la « nécessité » de revoir à la hausse le prix des produits pétroliers. Et après plusieurs jours de discussions et de négociations, le gouvernement parvient à trouver un consensus avec les associations syndicales et fait passer l'essence (gazoline) de 189 à 224 gourdes, le gasoil (diesel) de 149 à 179 gourdes et le kérosène de 148 à 173 gourdes.

Et ce n’est pas tout, le gouvernement envisage envisage de ne plus subventionner le carburant dans un avenir pas trop lointain, soit à partir de la prochaine exercice fiscal. Le ministre de l’Economie et des Finances, Jude Patrick Alix, en a fait l'annonce ce lundi 15 mai, lors d’une conférence de presse. « A partir du 1er octobre, nous ne devons plus avoir de subvention. Il faut comprendre qu’il doit avoir une adaptation graduelle. Nous ne voulons pas le faire  d’un coup pour qu’il ne soit pas une charge trop importante, et pendant ce temps, cela donnera à l’Etat la latitude, par rapport à des mesures de compensation qui seront prises au profit des couches nécessiteuses du pays. »

Pour arriver à cela, un protocole d’accord a été conclu entre le gouvernement et quelques syndicats de transport en commun. L’article 9 de ce texte prévoit un ajustement graduel tous les  mois de l’ordre de 6 gourdes sur l'essence (gazoline), 5 gourdes sur le (gasoil) diesel, 4 gourdes sur le kérosène.

L’initiative de l’Etat haïtien d’accorder des subventions aux produits pétroliers remonte à 2011. L’administration Moïse-Lafontant qui estime que c’est une « perte d’argent » prévoit dorénavant de définir de nouvelles modalités, dans l’esprit de la loi de 1995. Cela dit, toute hausse ou baisse du prix du carburant à l’échelle mondiale conduira  automatiquement à une hausse ou baisse sur le marché haïtien.

Le coordonateur du Front Syndical Haïtien (FSH), Montès Joseph, mise sur les acquis de ce protocole d’accord pour son secteur : carte de sécurité routière pour les chauffeurs, terrain pour garer les véhicules, fonds de garanties de 2 milliards de gourdes  pour la modernisation du transport, et autres mesure d’accompagnement pour les petites bourses. 

Cependant, détail important : ce ne sont pas tous les syndicats  qui ont pas paraphé le dit document.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :