Mercredi 19 Décembre, 2018

P. Bélizaire implicitement indexé dans l'affaire Arnel-Village de Dieu

Le député Printemps Bélizaire

Le député Printemps Bélizaire

Tous les yeux étaient fixés sur le sénat de la république, ce mardi 4 décembre où la séance de travail des sénateurs avec le conseil supérieur de la police nationale(CSPN) allait être tenue autour des questions liées à l’insécurité qui s’abat sur le pays notamment la capitale depuis plus d’un mois. Chose étonnante, cette séance très attendue a démarré aux environs de 2 heures pm. Généralement, les séances des parlementaires débutent très tard. Certains expliquent ce démarrage tôtif par les révélations importantes qui devaient être faites lors de cette séance.

Le président de l’assemblée des sénateurs Joseph Lambert avait juré de citer le nom du parlementaire qui a aidé le chef de gang Arnel Joseph à s’échapper  lors de l’opération policière menée à village de Dieu, le 03 novembre dernier. La séance a bien eu lieu. Les débats tournaient évidemment autour du phénomène de l’insécurité qui s’impose sur le territoire haïtien. Toutefois, des intérêts politiques semblent avoir contraint les sénateurs et les membres du CSPN à faire usage de la langue de bois.

Au beau milieu des débats, le président du grand corps a demandé au directeur général de la PNH, Michel-Ange Gédéon si le député Printemps Bélizaire était impliqué dans l'escapade du chef gang Arnel. Le DG n’a pas eu le temps de répondre. C’est le Premier ministre Jean Henry Céant qui a pris les devants en sollicitant un huis clos, indiquant en toute sérénité (comme si la population ne suivait pas la séance) que la réponse à une telle question risquerait d’entraver le dialogue engagé avec les différents secteurs de la vie nationale dont les partis politiques.

Pourquoi? Les affaires politiques l’emportent-elles réellement sur la sécurité des pauvres citoyens et citoyennes? 

Après dix (10) heures de tergiversations, l’identité du parlementaire qui aidé a été au secours du chef de gang Arnel n’a pas été clairement établie. Toutefois, ceux qui suivaient la séance retiendront que le nom du représentant de la 3ème circonstance de Port-au-Prince à la chambre basse a été le plus cité. On notera que des parlementaires notamment le sénateur du sud-est insistaient pour que le chef de la Police révèle le nom du parlementaire fautif de l’évasion d’Arnel mis à prix par la police à 2 millions de gourdes.

En réaction, le DG de la PNH a indiqué ne pas vouloir faire des accusations qu’il serait incapable de prouver arguant être confus autour de la plaque du véhicule officiel qui était sur les lieux de lors de l’opération policière à village de Dieu.

Le chef du CSPN, Jean-Henry Céant a indiqué que l’informateur de la police avait évoqué, dans un premier temps, la plaque OF 00090 appartenant au ministère des affaires étrangères avant de rectifier qu’il s’agissait de la plaque OF 00098 qui est la propriété de la Commission nationale des marchés publics (CNMP). Cependant, a précisé le Premier ministre, les véhicules concernés n’étaient pas dans les rues, le jour de l’opération.

Des parlementaires, lors de cette séance n’ont pas mâché les mots pour exprimer leur déception devant la volonté des hommes d’État de voiler la vérité au détriment du peuple haïtien. Des membres de la population, eux, estiment que la montagne a accouché d’une fiente.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :