Vendredi 6 Décembre, 2019

La CNDDR et la DINEPA signent un protocole d'accord de partenariat

Signature d'un protocole d'accord entre la Dinepa et le CNDDR pour la réalisation de projets Eau Potable et Assainissement dans la région métropolitaine./Photo: Dinepa-Facebook.

Signature d'un protocole d'accord entre la Dinepa et le CNDDR pour la réalisation de projets Eau Potable et Assainissement dans la région métropolitaine./Photo: Dinepa-Facebook.

La Direction nationale d’eau potable et d’assainissement (DINEPA) et la Commission nationale de désarmement et de démantèlement (CNDDR) ont signé, 12 novembre, un protocole d’accord de partenariat d’une durée de trois (3) ans dans le cadre de la réalisation de divers projets Eau Potable et Assainissement dans des quartiers chauds, sensibles ou tout bonnement de « non-droit ».

Ces projets seront exécutés par des firmes d’ingénierie hydraulique, selon les informations fournies par la Dinepa, et vont cibler divers endroits comme Duvivier, (une localité de Cité Soleil), et les zones de Bolosse (où opèrent plusieurs bandes armées), de Martissant, Fontamara, jusqu’à Mariani, commune de Carrefour.  

Ce protocole d’accord, selon la Dinepa, facilitera la médiation, la sensibilisation et l’accompagnement des bénéficiaires pour une meilleure appropriation des projets EPA dans la région métropolitaine. Il vise, selon les propos du directeur général Guito Edouard, à s’attaquer aux problèmes d’accès à l’eau potable dans ces quartiers, [la plupart désertés par les habitants en raison des affrontements armés entre groupes de gangs, ndlr].

Lire aussi | La Dinepa n’est plus en mesure d’alimenter la population en eau

Il s’agira aussi d’augmenter l’approvisionnement en eau, de remédier à la perte d’eau sur le réseau hydraulique (de Diquini) qui s’estime à 50%, de renforcer la production et la distribution de l’eau potable dans ces zones. La Dinepa s’occupera du planning et du monitoring des différentes activités d’ingénierie sociale qui se dérouleront sous l’œil de la Commission nationale de désarmement et de démantèlement.

Selon les clauses du protocole paraphé, la CNDDR devrait donner son appui lors de l’exécution des projets, faciliter l’accès à ces zones majoritairement contrôlées par des individus armés.

Mais outre le CNDR, la Dinepa, entité opérant sous la tutelle du ministère des Travaux publics, Transports et Communications, devra aussi compter sur le soutien et l’implication des CASEC, ASEC, Maires et Délégués pour réaliser ces projets EPA dont la période d’exécution s’étendra de 2019 à 2021.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :