Mardi 20 Février, 2018

Le carnaval d’Haïti s’achève dans la joie et la tourmente

Ce carnaval marque un nouveau tournant : le triomphe de Roody Roodboy sur les ténors traditionnels. /Estailove St-Val/LoopHaïti

Ce carnaval marque un nouveau tournant : le triomphe de Roody Roodboy sur les ténors traditionnels. /Estailove St-Val/LoopHaïti

Le carnaval de Port-au-Prince s’est achevé ce mercredi matin. Jusqu’à l’aube, les carnavaliers pouvaient encore se régaler de la présence du groupe Sweet Micky sur la route nationale numéro 2. Nostalgique d’un passé révolu, l’ancien président de la République n’a pas voulu casser l’ambiance sonore avec laquelle il fait son beurre autrefois.

Ainsi, l’ex-chef d’Etat a su tromper la vigilance du comité d’organisation, des agents de la PNH et des autorités étatiques qui avaient espéré la clôture du carnaval vers deux heures du matin. À malin, malin et demi, dit l’adage.

Ce carnaval marque un nouveau tournant : le triomphe d’un chanteur solo sur le parcours carnavalesque, en dépit de la présence des ténors. Roody Roodboy, nouveau président autoproclamé de la jeunesse haïtienne, jouit des instants de gloire sans précédent. Nul avant lui n’avait autant secoué le Champ de Mars en maitre solo, en crooner de charme.  

L’année dernière, lorsqu’il a marché sur Port-au-Prince, des commentateurs avaient l’amabilité de préciser que le carnaval national s’était délocalisé aux Cayes. Argument tant soi peu pertinent. Cette année, avec barbe et moustache, avant même la tenue des trois jours gras, le public l’avait déclaré champion. Et il l’a ainsi fait.

D’ailleurs, un média notoire l’a offert un trophée de champion en plein parcours, tôt ce mercredi. N’est-ce pas une si belle manière de récompenser un artiste dans l’âme, un combattant qui a vu en premier « la lumière au bout du tunnel », comme au temps du général américain William C. Westmoreland. L’optimisme est une forme supérieure de sagesse.

Note triste et inattendue cette année : l’incendie du marché Hyppolite ce mardi matin, l’un des plus emblématiques d’Haïti reconstruit en 2011 par la compagnie de téléphonie cellulaire caribéenne Digicel pour une somme de 18 millions de dollars américains.

Cet énième incident afflige davantage le cœur des commerçants sédentaires du marché Hyppolite, espace qui a déjà succombé aux flammes en mai 2008. Jusqu’à ce mardi, l’enquête de 2008 n’a jamais révélée s’il s’agissait d’un acte criminel ou d’une simple négligence.

Le chef de l’Etat a rendu visite aux sinistrés en début d’après-midi. Entre monts et merveilles, les victimes ressortent toutefois avec la promesse d’une prise en charge effective à la fin du mois en cours. Jovenel Moise promet également la disposition prochaine d’un fonds nécessaire à la résilience des sinistrés.

Dans la foulée, Sabine Lamour, coordonnatrice de SOFA appelle à un appui psychologique des victimes, particulièrement des femmes dont l’organisation féministe s’en occupent au quotidien.

Nous sommes le mercredi des Cendres, également à la Saint-Valentin, donc les carnavaliers s’apprêtent à bruler leur masque pour débuter le Carême ou se préparent à célébrer la fête de l’amour.

Entretemps, il convient de rappeler que le comité d’organisation du carnaval a péché sur plusieurs points, notamment dans l’ordre du défilé des chars musicaux ou dans la gestion des 3,000 acteurs du défilé, d’une quarantaine de reines et rois et d’une dizaine de bandes à pied.

Entre pleurs des commerçants et jubilation des supporteurs de Roody Roodboy, la vie en Haïti reprend son cours normal ce mercredi. Après l’éradication des stands sur le Champ de Mars, surgiront les débatteurs et les bibliothécaires du soleil qui ont toujours occupé cet espace à toute heure de la journée et dans des circonstances multiformes.