Lundi 23 Septembre, 2019

L’AVD vole au secours des ODD en Haïti

Carlin Michel, président de l'Association des Volontaires pour la Démocratie (AVD) lors de la cérémonie de clôture du projet de Renforcement des capacités des jeunes en milieu scolaire à Port-de-paix. Crédit photo: AVD/Facebook

Carlin Michel, président de l'Association des Volontaires pour la Démocratie (AVD) lors de la cérémonie de clôture du projet de Renforcement des capacités des jeunes en milieu scolaire à Port-de-paix. Crédit photo: AVD/Facebook

L’Association des Volontaires pour la Démocratie (AVD) vient de recevoir une enveloppe de 150 000 dollars des mains du Programme des Nations unies pour le développement en Haïti (PNUD) en vue de faire la promotion et la vulgarisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) en Haïti.

« Les Objectifs de Développement Durable (ODD) sont mal connus en Haïti », explique Carlin Michel, président de l’Association des Volontaires pour la Démocratie (AVD), intervenant à l’émission « Paroles de Jeunes », samedi soir, sur Radio Vision 2000. « Voilà pourquoi nous avons pris [AVD] la responsabilité de nous engager dans ce vaste projet qui est la mise en œuvre d’une campagne nationale de de vulgarisation de ces derniers », rajoute-t-il à l’orée d’une interview qui a duré environ quarante minutes d’horloge.   

« PNUD et AVD se sont rendu compte que les jeunes qui sont en majoritaire dans le pays, constituent le vecteur le plus important pour faire la promotion des ODD qui représentent l’avenir de la planète », argue le responsable qui s’était flanqué pour l’occasion du chargé de projet, Chebert Lindor, lui-même un jeune cadre qui a commencé à fourbir ses armes dans l’arène du Gouvernement jeunesse d’Haïti, l’une des deux initiative phares de l’AVD (à côté du Parlement jeunesse d’Haïti).

Monsieur Michel n’a pas tort puisque tous les derniers recensements produits dans le pays, qu’ils viennent d’une institution gouvernementale ou d’un organisme étranger, le résultat reste immuable : Haïti est un pays de jeunes, et le pourcentage enregistré avoisine les 50%. « Quoi de plus avantageux pour un pays ? », se questionne le responsable avec le très visage rassuré. Toujours selon les études, ce pourcentage risque d’exploser dans les prochaines années.   

Pour ce que nous savons, les ODD (17 au total) ont été adoptés de manière unanime le 25 septembre 2015 par plus de 150 pays lors du Sommet des Nations unies pour le développement durable. Ils viennent au secours des 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) qui, votés en 2000, n’ont pas su aboutir aux effets escomptés par les gouvernements du monde entier.

« Pour s’abstenir de répéter l’échec, les dirigeants ont compris qu’il faut engager les jeunes dans la promotion de ces objectifs parce que, selon eux, le programme accusait un déficit réel de communication auprès des populations », a expliqué Michel, avant d’inviter les jeunes haïtiens à embrasser ce partenariat qui vise en premier, d’après lui, l’implication et l’intégration efficace des jeunes dans la planification de la cité.

« Je voudrais que vous [les jeunes, ndlr] faites vôtre, cette campagne de sensibilisation qui nous permettra ensemble de changer les conditions d’Haïti à l’horizon de 2030 », insinue le responsable de l’institution juvénile la plus importante du pays en terme de présence active et de réalisation de projets,  dans ce discours qui prend l’allure d’une injonction et qu’il a prononcé le 29 août dernier, à l’Hôtel Montana, à l’occasion du lancement officiel de la campagne de sensibilisation.

Toujours à l’émission, il s’en prenait ouvertement à l’Etat haïtien qui, voit-il, n’a aucun souci d’améliorer le sort des jeunes qui sont livrés à eux-mêmes. « Seulement 0,6 % du budget est alloué au ministère de la Jeunesse », regrette-t-il. Mais il soupese la thèse que les jeunes ne doivent pas s’apitoyer sur leur sort, qu’ils doivent investir les sphères sociales et pousser les barricades qui sont érigées sur leur parcours.

« C’est aux jeunes de définir l’orientation qu’ils veulent donner à leur vie parce qu’il n’y a plus d’orientation, de politique publique pouvant les orienter vers des choix d’avenir », pince-t-il d’une voix rauque. Il invite les jeunes à ne pas lésiner, dà prendre en main leur destin puisque personne ne va s’en occuper à leur place.

Une série d’activités est prévue dans le cadre de l’implémentation de ce programme de quatre mois, et qui prendre fin en décembre prochain. Onze (11) ateliers de formation dans les différents chefs-lieux des départements du pays, trois (3) colloques universitaire, cinq (5) conférences dans les 5 grandes villes retenues, à savoir Port-au-Prince, Cayes, Jérémie, Jacmel et Cap- Haïtien, constitution de clubs universitaires, concours de textes, un grand  forum national sur les ODD et un concours pour les organisations de jeunes dénommé « Prix ODD » constituent, entre autres, la feuille de route de ce projet.

L’année prochaine, AVD aura vingt-ans. À l’occasion, l’institution prévoit de publier un livre qui contient le profil d’un ensemble de jeunes qui ont séjourné aux confins du Gouvernement ou Parlement Jeunesse, et qui font l’honneur d’Haïti actuellement. Carlin Michel a été le premier jeune premier Ministre du Gouvernement Jeunesse en 2008, l’année de la première législature.

Websder Corneille

Twitter : @webscorneille

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :