Jeudi 20 Juin, 2019

Lapin nommé PM: “Une perte de temps”, pour ces députés

Le Premier ministre nommé, Jean Michel Lapin / Crédit : Ministère de la Communication

Le Premier ministre nommé, Jean Michel Lapin / Crédit : Ministère de la Communication

Même s’ils saluent la carrière remarquable de l’ex-ministre de la Culture et de la Communication, certains députés désapprouvent le choix et parlent de perte de temps. Jean Michel Lapin, peut-il être nommé Premier ministre, alors qu’il faisait partie d’un gouvernement qui a été censuré ? Des députés agitent la question et évoquent la théorie de résultats.

 “C’est une véritable perte de temps”, a dit le député Abel Descollines. Pourquoi avoir pris tout ce temps ?", s’interroge l’élu de Mirebalais qui souligne que le président de la République Jovenel Moïse avait déjà exprimé son désir de faire choix de l’ex-titulaire du ministère de la culture et de la communication comme prochain chef de gouvernement.

Mais à cette nomination s’ajoute un autre débat. Un ministre censuré ou renvoyé, peut-il être reconduit ou nommé Premier ministre ? Certains parlent de précédent, tandis que d’autres priorisent la question de résultats. Descollines se positionne pour le résultat, soulignant qu’aucun projet sérieux n’a été exécuté, aucun investissement n’a été également constaté dans le pays durant le passage du gouvernement de Céant dont Lapin a été membre.

Le député de la circonscription de Carrefour, même s’il est proche du pouvoir, s’aligne sur la position de son collègue de Mirebalais, qui priorise la théorie de résultats. “Jean Michel Lapin, est-il l’homme du moment ?”, se questionne Jacques Beauvil, qui affirme n’être pas prêt à voter en faveur d’un gouvernement sans bilan.

Entretemps, d’autres députés accordent peu d’interêt au processus devant aboutir à la ratification d’un nouveau Premier ministre. C’est le cas du député de Marigot, Déus Deronneth, qui préfère renouveler la demande de mise en accusation du président de la République, formulée par son groupe au bureau de la Chambre basse. D’ailleurs, après la nomination de M. Lapin, le parlementaire dit vouloir savoir "où est passé le bon sens et la responsabilité du président".

Entre la chambre des députés et le Sénat, quelle chambre aura l’avantage de recevoir en premier le chef du gouvernement nommé ? La question reste pendante, le processus de ratification sera bientôt lancé officiellement. Si les positions ne sont pas encore clairement fixées au grand corps, rien est clair non plus pour Jean Michel Lapin à la chambre basse. L’exercice s’annonce difficile pour l’ex-ministre de la culture et de la communication qui devra convaincre les différents blocs politiques, s’il veut obtenir un vote favorable au parlement.

Luckson Saint-Vil

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :