Lundi 1 Juin, 2020

Un ex-ministre de la justice plaide pour le respect de la Constitution

L'ancien ministre de la Justice et de la sécurité publique (MJSP), Paul Denis.

L'ancien ministre de la Justice et de la sécurité publique (MJSP), Paul Denis.

Le jeudi 29 mars dernier a marqué le 31ème anniversaire de la Constitution de 1987. Au moment où les démarches vont bon train au parlement sur les processus d’amendement de la Loi mère, l’ancien ministre de la Justice et de la Sécurité publique (MJSP) Paul Denis estime que « l’amendement de la constitution n’est pas la solution ». 

Ce document, selon l’ancien ministre de justice marque la fin de la sanglante époque des 29 ans de dictature des Duvalier et l'entrée d'Haïti dans l'ère démocratique.

« Une chose fondamentale est à souligner, les constituants avaient eu le souci de rédiger la constitution de telle sorte que des individualités avec des prétentions dictatoriales ne puissent faire revivre au pays une telle période de terreur ». Paul Denis appelle les politiciens à se conformer aux prérogatives dudit document.

« C’est une œuvre qui maintient un certain équilibre. Le souci des constituants a été de prendre en compte- même au plus bas niveau- les desiderata de la population. Les  Collectivités territoriales devraient permettre à la population locale d’exprimer ses problèmes. Malheureusement, les Assemblées communales n’ont jamais été mises en place ».

Paul Denis estime que les collectivités territoriales sont privées de certaines prérogatives  prévues par la Constitution de 1987.  «  Le pouvoir central agit de manière à ne pas permettre à ces pouvoirs qui sont très proches de la population, d’assumer la mission que leur a octroyée la constitution ».

L’ancien responsable de la sécurité publique a fustigé les critiques portées fréquemment sur la charte fondamentale de la nation haïtienne.

« Pour certains, la Constitution pose de sérieux problèmes et ne donne pas de résultat. Mais la question d’aujourd’hui, est-ce qu’on n’a jamais voulu mettre en application la constitution depuis des années ? »

« On peut penser à amender. Mais lorsque vous amendez, il faut penser à respecter l’esprit de la constitution », conclut Paul Denis s’interrogeant sur le pourquoi de ces démarches.

Kepsen MONESTIME

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :