Lundi 18 Novembre, 2019

Chili: Voila ce qui retarde le rapatriement des cadavres haïtiens

L'ambassade d'Haïti au Chili fait attendre les autorités chiliennes. Photo: Bibiochile

L'ambassade d'Haïti au Chili fait attendre les autorités chiliennes. Photo: Bibiochile

Le débat n’en finit plus au Chili après la mort des 3 haïtiens survenue dans la zone de Coelemu, le 16 juin dernier. Les corps sans vie d’Olguine Isema (32 ans), Kerby Badeaux (24 ans) et Inecharles Mathurin ont été retrouvés dans la pièce qui les logeait.

Selon les premières explications des autorités, les immigrants auraient été asphyxiés par un monoxyde de carbone utilisé dans un brasier qui réchauffait la pièce. Les familles des défunts veulent rapatrier leur corps, mais le consulat d’Haïti fait attendre les autorités chiliennes.

En effet, le rapatriement des corps devraient coûter au moins 60 millions de pesos chiliens à l’instance diplomatique haïtienne, soit 20 millions pour chaque cadavre. « Un processus très compliqué ».

Le déplacement d'un cercueil a un coût approximatif de 20 millions de pesos, un chiffre qui est très difficile à payer pour les familles des victimes et l'ambassade, considérant que Haïti est le pays le plus pauvre des Amériques », a révélé l'avocat du gouvernement de Ñuble, Carlos Ruiz au journal chilien la Discucion.

L’avocat a précisé que le gouvernement chilien est prêt à payer les frais si les familles décident que les corps s’enterrent au Chili. « L'idée est de pouvoir leur donner une sépulture digne dans la ville de Chillán », a expliqué M. Ruiz.

Actuellement, au moins 11 cadavres d’immigrants haïtiens doivent être rapatriés vers Port-au-Prince. Le processus requiert l’intervention de plusieurs organismes et peut prendre au moins 2 ans. Ces corps sont actuellement conservés dans le Service Médical Légal chilien (SML).

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :