Mercredi 20 Juin, 2018

USA: Des changements dans le processus d'acquisition du visa H-1B

Il y a environ un an (avril 2017) depuis que les Services de citoyenneté et d'immigration des États-Unis (USCIS) avaient voulu limiter les critères d’admissibilité pour les travailleurs étrangers des entreprises technologiques. En ligne de mire, le processus d’obtention du visa de type H-1B, sous prétexte que ce visa avantage les étrangers au détriment des travailleurs américains.  

Aussi, l’USCIS publie un communiqué de presse ce 22  février qui décrit une nouvelle politique relative à ce processus en optant pour d’autres exigences plus compliquées. Il est ainsi recommandé que cette catégorie de visas ne soit accordée que si un candidat exerce une profession spécialisée. Et dorénavant, pour approuver le visa,  obligation est faite de réviser les dates et lieux exacts du travail de la personne.

Notons que le H-1B est le plus souvent accordé pour trois ans à la fois, extensible pour trois autres. À travers ce communiqué, l’USCIS laisse comprendre que cela pourrait changer.

De manière effective, la période d'approbation dépendra de ce qui est contenu dans les contrats, les énoncés de travail et les autres types de preuves similaires en rapport aux exigences précitées.

Rappelons que cette nouvelle politique s’appuie sur un décret présidentiel (Buy American and Hire American) de l'administration Trump qui a pour objectif spécifique de protéger les intérêts des travailleurs américains.

« Les pétitionnaires basés sur l'emploi qui contournent les protections des travailleurs décrites dans les lois d'immigration de la nation non seulement blessent les travailleurs américains (par exemple, leurs salaires et les possibilités d'emploi), mais aussi les travailleurs étrangers pour lesquels ils pétitionnent », lit-on au final dans ce communiqué.

Pour l'année 2014, les indiens ont reçu 74% de l'ensemble des visas HB1 distribués. Ils sont suivis par les chinois, les canadiens et les ressortissants de Philippines. Haiti ne fait pas partie des 21 pays listés et il n'est pas connu si des citoyens du pays ont pu bénéficier du programme récemment.