Lundi 14 Octobre, 2019

L’accord sur la mise en accusation de Jovenel Moïse divise les députés

La note d'engagement signée par les blocs politiques de la chambre des députés indique que, pour la prochaine séance, la mise en accusation du président de la République Jovenel Moïse pour crime de haute trahison devra figurer à l'ordre du jour.  Amélie Baron

La note d'engagement signée par les blocs politiques de la chambre des députés indique que, pour la prochaine séance, la mise en accusation du président de la République Jovenel Moïse pour crime de haute trahison devra figurer à l'ordre du jour. Amélie Baron

Cette entente trouvée sur la mise en accusation de Jovenel Moïse pour crime de haute trahison devant être inséré à l’ordre du jour de la prochaine séance n’a aucune valeur légale ni juridique. De ce fait, le document est nul et non avenu, déclarent les députés Garry Bodeau et Jean Wilson Hyppolite.

Le président du bloc majoritaire pro-présidentiel à la Chambre basse, Jean Wilson Hyppolite, minimise l’accord qu’il a pourtant signé, mercredi 26 juin, avec les présidents des deux autres blocs ayant débouché à la tenue de l’Assemblée nationale marquant l’ouverture de la deuxième session ordinaire de la dernière année de la 50e législature.

Le président de la Chambre basse Garry Bodeau déclare, lui également que le bureau n’est pas lié par cet accord. Il justifie ces arguments par le fait, dit-il, que cette entente trouvée sur le dossier de la mise en accusation du président de la République Jovenel Moïse pour crime de haute trahison devant être inséré à l’ordre du jour de la prochaine séance n’a aucune valeur légale ni juridique. De ce fait, le document est nul et non avenu, déclarent les députés Garry Bodeau et Jean Wilson Hyppolite.

Le député de l’opposition  Bélizaire Printemps se dit stupéfait par la volte-face de son collègue Wilson hyppolyte. Printemps Bélizaire, l’un des députés de Fanmi Lavalas qui s'était opposé au préalable à l’organisation de la séance qualifie de sans fondements les déclarations du député Hyppolyte. « Le président de l’assemblée nationale et le bureau ayant pris acte de l’accord personne ne peut le révoquer », a-t-il indiqué.

Le vice-président du bloc GEPEP/OPL et alliés, le député Baudelaire Noëlsaint déclare, lui également, que le président de la Chambre basse Garry Bodeau doit se plier à cet accord. Il rappelle que les présidents des différents blocs ont déjà signé des documents engageant l’ensemble de l’assemblée.

Le député de Côtes-de-Fer, Roudy Dévil, membre du GEPEP s’aligne de la position de ceux qui fustigent l’attitude des présidents des blocs APR et EPAN qui ont nié un engagement qu’ils ont pourtant signé. Il dénonce également les propos du président de la chambre basse Gary Bodeau qui fait-il remarquer a été témoin de cet engagement et s’était même entendu avec les députés de l’opposition, lors de la dernière conférence des présidents avant le blocage, de mettre à l’ordre du jour de la plus prochaine séance  la demande de mise en accusation du chef de l’État.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :