Dimanche 12 Juillet, 2020

Labor day : des Haïtiens demandent l’interdiction de Sweet Micky

Le chanteur vedette du groupe Sweet Micky, Michel Martelly, ancien président de la République de 2011 à 2016./Photo: Capture d'écran.

Le chanteur vedette du groupe Sweet Micky, Michel Martelly, ancien président de la République de 2011 à 2016./Photo: Capture d'écran.

La formation musicale « Sweet Micky » est de nouveau la cible d’organisations et d’activistes qui ne veulent pas le voir performer au pays de Trump.

Lire : New-Jersey : un bal de Sweet Micky annulé par le propriétaire du local

Plus récemment, soit en juin 2019, un de ses bals a été annulé par les propriétaires du Saint-Demetrios, local situé à New-Jersey où sa performance a été programmée. Sweet Micky devait animer une soirée  musicale à l’occasion des fêtes des pères.

Encore une fois, le chanteur à la popularité de plus en plus contestée tant en Haïti qu’à l’étranger, a attiré la foudre de nombreux Haïtiano-Américains la veille de sa participation au traditionnel Labor Day.

En effet, de nombreux New-Yorkais originaires d’Haïti ont demandé l’interdiction de Michel Martelly à toutes les activités qui se dérouleront dans le cadre de la Journée des Indes Occidentales, parade plus connue sous le nom de Labor day.

Dans une lettre ouverte au candidat démocrate à la présidentielle et au maire de la ville de New York, Bill de Blasio, ils [ces activistes et organisations] demandent qu'il soit interdit à Martelly de participer à toutes les activités entourant le défilé de la Journée des Indes occidentales cette année, a révélé la journaliste Jacqueline Charles dans les colonnes du Miami Herald

En tant que New-Yorkais, disent-ils, ils ne devraient pas être soumis au discours incendiaire et grossier de l'ancien président, aux singeries de performances misogynes qui incluent des attaques contre des femmes, des ennemis politiques et des critiques.

« Sa présence à la parade West Indian est dangereuse pour les femmes et va à l'encontre des valeurs qui font de la ville de New York un endroit où il fait bon vivre », ont déclaré les signataires de la lettre, rédigée en anglais et en français. 

Dans une lettre signée par le président de la West Indian American Day Carnival Association et communiquée au Miami Herald, le président de cette association, Jean Joseph, a confirmé que les inscriptions étaient closes pour les participants. Seuls quatre groupes haïtiens sont enregistrés: T-Vice, Tony Mix, Kreyòl La et Banboche, un groupe costumé.

Edens Desbas, l'un des signataires de la lettre ouverte adressée au maire de Blasio, a déclaré qu'ils avaient besoin de garanties plus fortes concernant le défilé, qui célèbre cette année ses 52 ans. 

Citant le penchant de Martelly à monter sur scène pour rejoindre le parti même sans être facturé, Desbas a déclaré vouloir que Blasio « donne un ordre exécutif à la police pour l’empêcher de monter sur les flotteurs ».

A Rappeler aussi que le 22 mars écoulé, un bal programmé au Plaza Centre-Ville, à Montréal, par le producteur Bernier Sylvain, a été annulé par l’artiste, objet d’une vague de protestations de la communauté haïtienne.

Lire : Le spectacle de Sweet Micky à Montréal est annulé

 

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :