Mercredi 24 Juillet, 2019

Les mineurs de plus en plus victimes d'agression sexuelle en Haïti

La violence sexuelle en Haïti contre les femmes et les enfants, y compris ceux en bas âge, devrait être considérée comme un problème de santé publique et plus de soins devraient être mis à la disposition des survivants, a déclaré l'organisme international qui œuvre dans la santé Médecins Sans Frontières (MSF).

La plupart des 1.300 survivants de la violence sexuelle qui ont été traités dans une clinique dirigée par MSF dans la capitale haïtienne, à Port-au-Prince depuis son ouverture en mai 2015, ont moins de 25 ans et plus de la moitié d'entre eux sont des enfants, selon un rapport de MSF dressé ce mois de juillet. 

Quatre personnes sur cinq qui ont demandé des soins médicaux et psychologiques gratuits à la clinique MSF « Pran Men'm » ont été violées. « Nous souhaitons que la violence sexuelle soit reconnue comme un problème de santé publique parce qu'il n'y a pas beaucoup de services et de soins de santé pour les patients », a déclaré Carl Fréderic Casimir, coordinateur médical adjoint de la clinique.

La clinique 24 heures sur 24 reçoit en moyenne 80 survivants de violence sexuelle par mois, fournissant une contraception d'urgence et des antirétroviraux pour prévenir la transmission de maladies sexuellement transmissibles, y compris le VIH/Sida. Casimir a déclaré qu'il avait vu des enfants aussi jeunes que 2 ans traités pour agression sexuelle à la clinique.

« C'est la partie la plus choquante, les mineurs. La plupart du temps avec les enfants, ce sont les gens (les attaquants) qu'ils connaissent », a déclaré Casimir à la Fondation Thomson Reuters. « Près de la moitié de tous les enfants victimes d'agression sexuelle qui sont venus à la clinique ont été renvoyés par la police. Les autorités signataires jouent un rôle important pour aider les filles et les femmes à recevoir des soins d'urgence », a déclaré MSF. « Leur collaboration a contribué à assurer les soins médicaux et psychologiques en temps opportun pour les jeunes survivants », a déclaré le rapport. « Il pourrait également suggérer que certaines de ces jeunes femmes étaient suffisamment confiantes pour aller à la police après les abus sexuels ». Les survivants du viol sont souvent traumatisés et l'accès aux soins de santé mentale, y compris le counseling, est crucial pour leur récupération et pour éviter de développer une dépression et un syndrome de stress post-traumatique, a déclaré M. Casimir.

Les cas de violence sexuelle sont sous-déclarés en raison de la stigmatisation et de la honte, ainsi que de la peur des représailles des agresseurs ou de la communauté, a déclaré le rapport de MSF. Les groupes de droits et les Nations Unies disent que les agressions sexuelles et les viols ont augmenté après le tremblement de terre de 2010 qui a dévasté Haïti.

En raison de la catastrophe, des centaines de milliers d'Haïtiens ont été forcés de vivre dans des camps surpeuplés avec peu d'intimité, présence policière et éclairage médiocre, mettant les femmes et les filles en danger de violence sexuelle.

Une décision de 2010 de la Commission interaméricaine des droits de l'homme basée à Washington a demandé au gouvernement haïtien de prendre des mesures urgentes pour lutter contre les violences sexuelles et lutter contre l'impunité entourant ces cas.


Recevez gratuitement les dernières nouvelles locales et internationales directement sur votre téléphone :

Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur Google Play Store : http://bit.ly/1HHj2Uu

Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur l’App Store : http://apple.co/2e3q1Lk 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :