Dimanche 21 Octobre, 2018

La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies

Un champ de blé frappé par la sécheresse à Taby, dans le centre de la Suède, le 9 juillet 2018

Un champ de blé frappé par la sécheresse à Taby, dans le centre de la Suède, le 9 juillet 2018

Du Royaume-Uni à la Lettonie en passant par l'Allemagne, le nord de l'Europe connaît une vague de chaleur et de sécheresse d'une longueur inhabituelle qui a provoqué de multiples incendies et l'inquiétude des agriculteurs quant aux récoltes à venir.

Après la sécheresse de mai et juin, les agriculteurs, en particulier les producteurs de céréales du Brandebourg, Etat régional qui entoure Berlin, ont tiré la sonnette d'alarme, affirmant que la récolte de cette année serait inférieure de 20% à 50%.

En Pologne, ce sont quelque 91.000 exploitations agricoles - 1,5 million d'hectares de terres -, qui ont été frappées par une sécheresse printanière, selon le ministère de l'Agriculture. Décrivant des pertes "sans précédent", Varsovie a demandé à l'UE une aide financière.

En Lettonie et Lituanie, les agriculteurs souffrent également d'une sécheresse prolongée, la pire depuis des décennies, selon les responsables locaux.

Plus à l'ouest, une large partie de la Suède, comme ses voisins danois, sud-norvégien et nord-finlandais, connaît actuellement un épisode de fortes chaleurs qui n'est, selon les prévisions, pas près de s'arrêter.

Le manque de fourrage a déjà contraint certains agriculteurs suédois à envoyer plusieurs de leurs vaches à l'abattoir.

Dans l'ouest de l'Europe, le Royaume-Uni pourrait connaître un été record si les températures continuer de rester au-dessus de la moyenne, selon le Met Office, le service national de prévisions météorologiques.

- "Prions pour qu'il pleuve" -

Dans l'est de la capitale, un feu de pelouse "extrêmement inhabituel" a mobilisé une centaine de pompiers ces derniers jours. "Le sol est extrêmement sec en ce moment", a souligné la cheffe des pompiers de la capitale, Dany Cotton.

La vague de chaleur a provoqué un afflux de patients dans les hôpitaux, "les personnes âgées en particulier, qui ont besoin d'un traitement hospitalier en cas de déshydratation", a souligné le Dr Nick Scriven, président de la Society for Acute Medicine, représentant le personnel médical travaillant notamment en soins intensifs.

Certains ont même lancé des paris: qui s'arrêtera en premier? La vague de chaleur ou la Première ministre Theresa May, embourbée dans les difficultés liées au Brexit? interroge PaddyPower, l'un des plus grands opérateurs britanniques de paris sportifs.