Vendredi 18 Septembre, 2020

La problématique d'affichage dans les campagnes électorales en Haïti

Un citoyen haïtien en train d'arracher les affiches électorales du candidat Jovenel Moïse  lors des élections haïtiennes de 2015-2016. Crédit photo: Pierre Michel Jean

Un citoyen haïtien en train d'arracher les affiches électorales du candidat Jovenel Moïse lors des élections haïtiennes de 2015-2016. Crédit photo: Pierre Michel Jean

Lors des campagnes électorales en Haïti, les photos des candidats investissent la moindre parcelle de mur de la capitale et des villes de province. Bâtiments publics, immeubles privés, édifices religieux et habitations privées n’échappent pas aux pots de colle des sympathisants de partis politiques. L’affichage, parallèlement à sa mission de porter à connaissance, a un impact sur les esprits et la capacité décisionnelle. Regard sur une pratique qui mérite d'être régulée.

Les élections sont le moment dans une démocratie où le peuple choisit ceux qu’il juge compétents pour penser le pouvoir. Et bien avant ce fameux exercice d’aller aux urnes précède la période de la campagne électorale, pendant laquelle les candidats des différents partis politiques présentent leur programme politique. La campagne électorale représente ce grand dispositif de communication destiné à séduire à travers des discours, des rencontres, des prises de parole, des prises de position et aussi une période pendant laquelle l’équipe du candidat essaie de soigner ou, tout au plus, de lui construire une image.

L’image est un élément essentiel en communication. Dans un texte, au-delà de l’illustration, la fonction d’une image est d’aider à mieux comprendre, à apporter de la lumière ou à offrir une autre porte d’entrée dans le sujet traité. Parallèlement au discours et au programme politique du candidat, l’image est une déclaration. C’est un discours en lui-même. Avec le développement des technologies, l’institutionnalisation de la politique et la création des formations sur la gestion de la politique à travers le monde, la campagne électorale s’est professionnalisée, elle se fait dans un cadre bien précis, avec des professionnels qui maîtrisent les rouages de la communication et de l’image. L’image du candidat n’est plus laissée au hasard.

Pour paraître sous son meilleur jour, le parti politique fera appel à un styliste qui maîtrise les codes couleurs, une maquilleuse pour cacher les imperfections et un photographe professionnel pour la prise de vue. Et lors de la construction de cette image, on prendra en compte la posture, la coiffure, le sourire, le poids du regard, les vêtements, les accessoires et pour couronner le tout, un slogan pour faire écho au programme politique.

Repenser la structure des partis politiques : l’absence de service de la communication

“Un parti politique est une association de citoyens et de citoyennes jouissant pleinement de leurs droits civils et politiques…”(Le Moniteur), et en tant qu’association politique, elle est appelée à pérenniser, elle doit donc avoir une structure participant à son bon fonctionnement. La loi ne fait aucune obligation quant au modèle d’organisation des partis, explique le Politologue Roudy Stanley Penn, mais l'exigence est fait d’avoir un représentant national. Les partis ne sont pas véritablement institutionnalisés. Ils n’ont pas les moyens de se procurer des technologies et des professionnels pour effectuer ce travail qui permettrait aux partis de mieux communiquer avec le public. Il est quand même possible que certains partis disposent d’une structure de communication - mais non-opérationnelle ou en train d’implémenter une communication inefficace parce que non mis en œuvre pas de vrais professionnels, précise M. Penn.

Notre propos ici se porte sur l’affichage, mais un coup d’œil sur la structure des partis politiques nous aide à comprendre leur fonctionnement et leur approche de la communication en général.

Des enquêtes démontrent que les partis politiques font montre d’un grand désintérêt pour la communication, qu’elle soit interne, externe, institutionnelle ou numérique. Selon une enquête publiée sur la plateforme Ayibopost “Seulement 2 partis sur 83 répertoriés ont un site web actif et 11 une page Facebook active”. Le désintérêt des partis politiques pour la communication numérique est flagrant. Cette faiblesse est palpable aussi au plan de la communication interne et institutionnelle. La grande majorité des partis politiques n’ont pas une direction ou un service de la communication avec des professionnels en la matière, soit un chargé de communication, un responsable des relations avec la presse, un webmestre, un responsable des réseaux sociaux, pour ne citer que ceux-là.

Selon la loi de janvier 2014 portant sur la formation, le fonctionnement et le financement des partis politiques, un projet de financement public a été mis en œuvre pour aider les partis politiques à s’institutionnaliser. En janvier 2018, plusieurs partis ont reçu le financement de l’état dans le cadre de ce projet. Mais à date, aucun suivi, aucun rapport n’a été fait sur l’utilisation de ces fonds. Quant au projet d’institutionnalisation, on n’en a plus l’écho.

L’affichage en Haïti : que dit la loi ?

 

Le législateur a pris le soin de définir le cadre de la campagne électorale ainsi que l’affichage électoral. La loi électorale, (illustrée avec une capture d’écran), votée au Sénat de la République, le 2 octobre 2013, en son chapitre VIII, revient sur la campagne électorale et l’affichage électoral en son article 115. “Les candidats et candidates, partis et groupements politiques peuvent utiliser tout moyen de communication collective pour exposer leur programme. Cependant, il leur est interdit d’apposer affiches, graffitis et autres, sur les clôtures, murs, portes des maisons privées, édifices d’intérêt public (lieux de cultes, écoles, hôpitaux, monuments historiques, etc.) sous réserve des sanctions prévues à la présente Loi.”

Mais dans la réalité, l’affichage ne respecte pas la réglementation. Il est coutume de voir un pan de mur complètement obstrué avec les affiches d’un seul candidat. Il n’y a pas de parité et l’affichage ne respecte ni les édifices publics ni les bâtiments privés, ni les écoles ni les églises, ni ce qui relève du patrimoine. Quand il n’y a plus de place sur les murs, les affiches  se retrouvent sur les voitures privées et les transports en commun (bus et taxis). Et longtemps après les élections, elles sont encore sur les murs et jonchent les rues de la capitale. C’est d’un désordre pour lequel il est difficile de trouver le nom.

Dans certains pays, en France à titre d’exemple, la loi encadre l’affichage en période électorale et s’assure rigoureusement de son application. Le candidat doit soumettre son affiche et le texte de sa déclaration à une commission pour avis. La loi précise les lieux de l’affichage, l’ordre et le nombre. Les mairies mettent à la disposition des candidats des emplacements spéciaux pour les affiches, des panneaux de mêmes dimensions pour permettre à chaque candidat d’avoir la même visibilité. Aucun parti politique ne peut décider de prendre en otage un mur avec les affiches de son candidat.

Un regard sur la législation haïtienne sur les élections, avec le juriste Nathan Laguerre.

Les colleurs d’affiches : un métier en devenir !

Coller des affiches devient un métier pendant la campagne électorale. Il n’y a pas de profil type, ni de formation à suivre pour le colleur d’affiche. Le mot d’ordre est d'en coller le plus possible. Il n’y a pas d’autres consignes à respecter. On les croisera parcourant la capitale et les villes de province, un pot de colle dans une main et un lot d’affiches dans l’autre. Le colleur d’affiche peut être un sympathisant, un membre du parti qui le fait gratuitement ou quelqu’un engagé spécialement pour la mission. Il n’a aucune compétence en communication, il n’y aucune loi qui encadre son travail.

Court témoignage d’un colleur d’affiche sur son travail.

 

L’impact de l’image sur les émotions et sur le comportement

Est-ce qu’il y a un lien entre l’image, les émotions et la prise de décision ? Est-ce que cela peut avoir un impact sur la décision du votant ? Des études réalisées dans les sciences humaines et sociales ont démontré que l’image a un pouvoir, elle a la capacité de susciter des émotions. Et conscients de ce pouvoir, certains l'ont utilisée pour influencer le comportement du public. À titre d’exemple, dans le domaine de la santé une image de dégoût est imprimée sur les paquets de cigarettes pour décourager les fumeurs. Dans le domaine du sport, l’image d’un athlète va être utilisée pour vendre un produit énergisant. L’image est utilisée pour inciter, dissuader, dégoûter, manipuler, dépendamment de l’objectif de la campagne.

Les publicitaires l’ont très bien compris, l’image à force de persuasion. Beaucoup de personnes entrent dans un magasin pour acheter un article qu’elles ont vu dans les pages d’un magazine, sur une affiche avec un slogan. Cette influence du comportement est présente aussi dans l’affichage électoral, que l’on soit conscient ou pas. Beaucoup de votants entrent dans un bureau de vote pour cocher le visage souriant et sympathique qu’ils ont vu sur la photo près de chez eux, pas parce qu’ils ont été conquis par le discours ou le programme politique du candidat, mais plutôt parce qu’ils ont été bombardés, harcelés avec une rare violence pendant toute la période de campagne avec cette affiche-là.

Des études sont encore à réaliser pour étayer, infirmer ou confirmer l’impact réel de l’affichage électoral sur le positionnement du votant, surtout en Haïti ou le taux de chômage est de 40.6% et celui de l’analphabétisme de 48.7%.

 

Selon Fredler Morland, étudiant finissant en sociologie à la faculté des Sciences Humaines de l’Université d’État D'Haïti, “En Haïti l’affichage est réputé́ comme l’outil de publicité́ politique le plus répandu. Elle exerce une influence indéniable sur les électeurs, mais il ne faut pas surestimer ses impacts. En période électorale, tous les recoins du territoire sont remplis d’images de candidats et d’emblèmes de partis. En effet, cette méthode doit son efficacité́ à la prédominance du visuel sur le textuel et à la permanence de leur présence. Elle la doit aussi à son caractère inéluctable car l’image se fait remarquer par le passant même le plus désintéressé à la politique.

Pour mesurer l’impact des affiches en Haïti on doit d’abord se demander qui sont les véritables électeurs en Haïti ? Quels sont les canaux de communication entre les candidats et l’électorat ?

Pendant les quatre dernières élections (de 2000 à 2017) on a pu observer un faible taux de participation aux élections. Les véritables votants sont surtout les gens des quartiers populaires et surtout une masse rurale. On pourrait en déduire qu’en Haïti l’électorat est faiblement instruit. Il est plus facile de « vendre » un candidat par la présentation d’une bonne affiche au lieu d’un programme politique élaboré, systématisé. Les débats ne sont pas trop encourages. Ici, la construction du candidat se fait à partir de ses affiches, d’un simple slogan.

La popularité́ se mesure parfois par la guerre des affiches. Ainsi, ces dernières servent à marquer des territoires. Si dans les quartiers populaires certains partis ne sont pas bien représentés dans le concert des affichages on pourrait pressentir un affaiblissement de ces partis dans ces zones.”

Regard du sociologue sur l’impact de l’affichage sur les votants haïtiens.

Pour une réglementation de l’affichage en période électorale

Le Conseil Électoral Provisoire est-il compétent pour réglementer la communication des partis politiques en période électorale ?

Le chapitre I du titre VI de la Constitution de la République d'Haïti sur les institutions indépendantes nous dit en son article 191 : “Le Conseil Électoral Permanent est chargé d’organiser et de contrôler en toute indépendance toutes les opérations électorales sur tout le territoire de la République jusqu’à la proclamation du scrutin.” Sauf que la constitution fait référence à un Conseil Électoral Permanent, une institution qui n’existe pas à ce jour. Aucune référence n’est fait ni dans la Constitution ni dans les amendements sur un Conseil Électoral Provisoire. Donc, si on suit cette logique, le Conseil Électoral Provisoire a les prérogatives et les missions du Conseil Électoral Permanent et celui-ci a la compétence pour réglementer les opérations électorales. En ce sens, la responsabilité incombe au CEP de s’assurer le respect rigoureux de l’affichage électorale et les périmètres à ne pas dépasser.

En guise de conclusion

Le manque d’organisation des partis politiques et la non application de la réglementation sur l’affichage électoral sont aussi le reflet de la désorganisation profonde dont fait l’objet le pays. Il est nécessaire de revoir la réglementation autour de la création d’un parti politique et de son fonctionnement. Il est d’autant nécessaire pour le Conseil Électoral Provisoire de s’assurer de la mise en application de la réglementation sur l’affichage électorale, pour garantir la parité entre les candidats. “Les murs sont devenus des espaces d’expressions populaires, on y crie Vive ou À bas ! On y construit ou déconstruit des réputations. Mais l’affichage électoral se doit d’être encadré, régulé, pour éviter cette forme de dérive, ajoute Roudy Stanley Penn.

La communication est l’un des piliers de la démocratie, bien communiquer relève autant du professionnalisme, de la transparence que du droit à l’information des citoyens. Une communication bien pensée doit permettre au citoyen-votant-contribuable et usager du service public de prendre une décision réfléchie et éclairée.

Sources écrites

CEP HAITI - Loi sur les Partis Politiques. https://www.cephaiti.ht/Loi-sur-les-Partis-Politiques.html Consulté le 21 septembre 2019.

Mission. https://www.cephaiti.ht/Mission.html Consulté le 22 septembre 2019

Pourquoi les partis politiques haïtiens doivent être présents sur internet ? – AyiboPost. https://ayibopost.com/pourquoi-les-partis-politiques-haitiens-doivent-etre-presents-sur-internet/ Consulté le 21 septembre 2019.

La Constitution de la République d’Haiti de 1987 https://www.cephaiti.ht/files/Doc_off/constitution_1987.pdf

Loi constitutionnelle portant amendement de la Constitution de 1987

https://www.cephaiti.ht/files/Doc_off/Amendement/Loi_constitutionnelle_portant_amendement_de_la_constitution_de_1987.pdf

 Central America :: Haiti — The World Factbook - Central Intelligence Agency. https://www.cia.gov/library/publications/resources/the-world-factbook/geos/ha.html Consulté le 24 septembre 2019.

Joffe Hélène, « Le pouvoir de l'image : persuasion, émotion et identification », Diogène, 2007/1 (n° 217), p. 102-115. DOI : 10.3917/dio.217.0102. URL : https://www.cairn.info/revue-diogene-2007-1-page-102.htm

« Statistiques ». UNICEF, https://www.unicef.org/french/infobycountry/haiti_statistics.html Consulté le 24 septembre 2019.

Arte, “Propaganda : la fabrique du consentement” Youtube, publié le 10 septembre 2019, consulté le 27 septembre 2019, à 8h30 AM. Lien : https://www.youtube.com/watch?v=vLh6DozYRPc

Ayibopost : Où est passé le projet d’institutionnalisation des partis politiques ? https://ayibopost.com/ou-est-passe-le-projet-dinstitutionnalisation-des-partis-politiques/

Entretiens

Roudy Stanley PENN, politologue, directeur de campagne du sénateur Jean Renel Sénatus.

Fredler MORLAND, étudiant finissant en sociologie à la faculté des Sciences Humaines

Nathan LAGUERRE, Juriste

* Le colleur d’affiche : il a témoigné sous un faux nom pour protéger son anonymat.

Photographies

Pierre Michel Jean

Par Soucaneau GABRIEL

Master 2 Métiers de l’Accompagnement Politique

Master 2 Gestion Locale du Patrimoine Culturel

Université d’Orléans, France

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :