Lundi 21 Octobre, 2019

La mission onusienne fixe sa position sur la conjoncture actuelle

A droite, Hélène La Lime, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies./Photo:MINUJUSTH

A droite, Hélène La Lime, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies./Photo:MINUJUSTH

Justice et sécurité publique, flambée du dollar et saignée de la gourde, violences genrées, démocratie ou encore droits humains : plusieurs points furent abordés par Hélène La Lime, Représentante Spéciale du Secrétaire Général, dans son dernier rapport présenté au Conseil de sécurité des Nations-Unies. Le chemin du dialogue est nécessaire si les acteurs politiques locaux veulent trouver une issue à la crise actuelle, selon ce qu’a fait comprendre Mme La Lime.

La mission onusienne a fixé sa position sur la conjoncture politique, économique et sociale actuelle du pays dans un rapport de 30 pages, parvenu à la rédaction de Loop Haïti ce jeudi après-midi. Helen La Lime, Représentante spéciale du Secrétaire général, l’a présenté au Conseil de sécurité des Nations-Unies. Mme La Lime prône, dans son discours, « un dialogue constructif et pacifique », nécessaire au gouvernement haïtien. La RSSG s’est dite consciente que le contexte est chargé de défis et souligne qu’Haïti a besoin d’une assistance collective pour sortir de l’impasse politique actuelle. Le gouvernement a, tout au moins, la responsabilité de mettre en œuvre des programmes pour améliorer les conditions de vie des citoyens.

Le renforcement des capacités de l’institution policière, des différentes unités de police qui interviennent dans le maintien d’ordre est aussi relaté dans le rapport. Elle a souligné les retombées positives de la mission sur ce renforcement des capacités de PNH, « la promotion des droits de l'homme et le renforcement des institutions de l'état de droit, avec notamment la promulgation, le 26 octobre, de la loi sur la création et le fonctionnement du Conseil national d’assistance légale, après plusieurs mois de discussion. « Sa mise en œuvre complète contribuerait grandement à atténuer le phénomène de longue durée qu’est la surpopulation carcérale ».

Toujours dans la rubrique d’appui accordé à nos forces de police, Mme La Lime affirme « que 6 des 13 unités spécialisées de la PNH fonctionnent sans l’appui de la MINUJUSTH », précisant que 97 % des opérations sont menées (cela prend en compte une période allant jusqu’au 15 octobre.) sans l’appui de la mission.

Pour assurer le renforcement continu des ressources humaines, logistiques et matérielles de la PNH, Mme La Lime a indiqué qu’« il appartient non seulement au gouvernement haïtien, mais également à la communauté internationale de respecter leurs engagements de financer pleinement le plan de développement stratégique quinquennal de la PNH ». Elle mentionne, en outre, l'importance pour « le Parlement d'adopter des lois essentielles telles que la loi organique de la police nationale d’Haïti, un nouveau code pénal et un nouveau code de procédure pénale ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :