Lundi 20 Août, 2018

La Martinique veut importer 75000 tonnes de produits agricoles d’Haiti

 Alex Alivon, Secrétaire général de distributions alimentaires de Martinique et Carmel André Béliard, ministre de l’Agriculture d'Haiti/ Photos: MARNDR Facebook

Alex Alivon, Secrétaire général de distributions alimentaires de Martinique et Carmel André Béliard, ministre de l’Agriculture d'Haiti/ Photos: MARNDR Facebook

La Martinique produit seulement 25 % des fruits et légumes nécessaires à la consommation de sa population. Pour combler ce vide, une délégation martiniquaise a visité Haiti récemment en vue de faire avancer les discussions sur la possibilité d’importer 75 mille tonnes de fruits et légumes d’Haiti.

C’est au produit toxique, « Chordécone », que l’agriculture haïtienne doit cet élan d’intérêt de la part de la Martinique. Ce polluant organique fait des ravages sur l’environnement martiniquais - sols, rivières, nappes d’eau ect - depuis longtemps et maintenant les acteurs du secteur agricole de cette région d'outre-mer de la France tournent leurs yeux vers leur voisin de la Caraïbe, Haiti.

Durant leur mission de prospection, la délégation dirigée par le secrétaire général de distributions alimentaires de Martinique, Alex Alivon, a rencontré Carmel André Béliard, le Ministre haïtien de l’Agriculture et d’autres acteurs du secteur en Haiti. Objectif : discuter sur les techniques et mécanismes utilisés dans la production agricole en Haiti et étudier les possibilités de partenariat entre les deux pays dans ce domaine.

Importer 70 mille tonnes de produits agricoles d’Haiti. C’est l’objectif visé par les martiniquais. Ils ont également profité de leur visite pour jeter un coup d’œil au Laboratoire vétérinaire de contrôle de qualité des aliments de Tamarinier (LVCQAT), pour s’assurer que les produits haïtiens répondent aux normes en matière de production agricole.

« Nous allons voir dans quelle mesure nous pouvons organiser un partenariat entre Haïti et la Martinique », a déclaré le martiniquais, Alex Alivon, en marge des visites dont il dit sortir « satisfait ». De son côté, Carmel André Béliard, a promis de poursuivre son support aux agriculteurs haïtiens afin que le secteur agricole en général et la culture maraichère en particulier en Haiti, puissent continuer à progresser.

Rappelons qu’en février dernier, le président Jovenel Moise, après une rencontre avec le Premier Ministre du Commonwealth des Bahamas, Hubert Minnis, avait accordé jusqu’à décembre 2018 à l’actuel Ministre haïtien de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), pour créer les conditions permettant à Haïti d’exporter les fruits et légumes dont ont besoin les Bahamas, en tant que marché fiable.

Les autorités annonçaient, alors, que des rencontres avaient même déjà été prévues entre les deux homologues ministres de l’Agriculture des deux pays, en vue d’effectuer dans « un temps record » les mises en place nécessaires à l’aboutissement de cet objectif : produire sur le sol haïtien des produits agricoles (fruits et légumes) en vue de pourvoir le marché des Bahamas avant la fin de 2018.