Jeudi 12 Décembre, 2019

La marijuana pourrait affecter la qualité du sperme, selon une étude

Des recherches montrent que la marijuana peut altérer le sperme d'un homme.

Des recherches montrent que la marijuana peut altérer le sperme d'un homme.

Les consommateurs de marijuana dans les Caraïbes se réjouissent de voir de plus en plus de pays pensent à la dépénalisation du produit ou à la participation active au processus.

Mais à mesure que les lois limitant l'utilisation du médicament sont abrogées, un groupe de chercheurs conseille aux hommes de ne pas l'utiliser pendant au moins six mois s'ils essaient de concevoir. En effet, les recherches montrent que la marijuana peut altérer le sperme d'un homme.

Les recherches de Duke Health suggèrent aux hommes en âge de procréer de réfléchir également aux effets du principe actif de la marijuana, le tétrahydrocannabinol (THC), sur leur sperme et éventuellement sur les enfants qu’ils ont conçus pendant les périodes où ils ont utilisé la drogue.

Comme le montrent des recherches antérieures, la fumée de tabac, les pesticides, les retardateurs de flammes et même l’obésité peuvent altérer les spermatozoïdes. Les recherches de Duke montrent que le THC affecte également l’épigénétique, provoquant des modifications structurelles et réglementaires de l’ADN du sperme des utilisateurs.

Des expériences chez le rat et une étude portant sur 24 hommes ont montré que le THC semblait cibler des gènes dans deux voies cellulaires principales et altérer la méthylation de l'ADN, processus essentiel au développement normal.

Les chercheurs ne savent pas encore si les modifications de l'ADN déclenchées par le THC sont transmises aux enfants des utilisateurs et quels en seraient les effets.

« Ce que nous avons constaté, c'est que les effets de la consommation de cannabis sur les hommes et leur santé reproductive ne sont pas complètement nuls, dans la mesure où il y a quelque chose dans l'utilisation du cannabis qui affecte le profil génétique du sperme », a déclaré Scott Kollins, Ph.D., professeur de Psychiatrie et de sciences du comportement chez Duke et auteur principal de l’étude en question.

« Nous ne savons pas encore ce que cela signifie, mais nous devrions penser au fait que de plus en plus de jeunes hommes en âge de procréer aient légalement accès au cannabis », a déclaré Kollins.

L'étude définissait les utilisateurs réguliers comme ceux qui fumaient de la marijuana au moins une fois par semaine au cours des six mois précédents. Leurs spermatozoïdes ont été comparés à ceux qui n'avaient pas consommé de marijuana au cours des six derniers mois et pas plus de dix fois au cours de leur vie.

Selon les auteurs, plus la concentration de THC dans l’urine des hommes était élevée, plus les modifications génétiques de leur sperme étaient prononcées.

Le THC semble avoir un impact sur des centaines de gènes différents chez les rats et les humains, mais beaucoup de gènes ont quelque chose en commun: ils sont associés à deux des mêmes voies cellulaires majeures, a déclaré l'auteur principal Susan K. Murphy, Ph.D. professeur associé et chef de la division des sciences de la reproduction en obstétrique et gynécologie à Duke.

L’équipe Duke prévoit de poursuivre ses recherches avec des groupes plus importants. Ils ont l’intention d’étudier si les modifications du sperme sont inversées lorsque les hommes cessent de consommer de la marijuana. Ils espèrent également tester le sang du cordon ombilical de bébés nés de pères avec du sperme modifié au THC pour déterminer quels changements épigénétiques, le cas échéant, sont transmis à l'enfant.

« Nous savons que la consommation de cannabis a des effets sur les mécanismes de régulation de l'ADN du sperme, mais nous ne savons pas s'ils peuvent être transmis à la génération suivante », a déclaré Murphy.

« En l'absence d'une étude définitive plus vaste, le meilleur conseil serait de supposer que ces changements se produiront », a déclaré Murphy. « Nous ne savons pas s’ils vont être permanents. Je dirais que par précaution, arrêtez de consommer du cannabis pendant au moins six mois avant d'essayer de concevoir. »

Leurs conclusions seront publiées en ligne le 19 décembre dans la revue Epigenetics.

Source: Loop Jamaica

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :