Dimanche 18 Août, 2019

Haïti: la justice a entendu un agent de police ayant violé sa fille

Cette photo sert uniquement d'illustration à cet article

Cette photo sert uniquement d'illustration à cet article

Le scandale a éclaté en juillet 2016. Sergot Guersaint, un agent de l’Unité spécialisée de la Police nationale d'Haïti (USGPN) a abusé sexuellement de sa fille de 13 ans. Alors qu’elle était à un hôtel situé à carrefour Rita avec son père, la fille s’est enfuie et a porté plainte à la DCPJ qui a procédé par la suite à l’arrestation de Sergot Guersaint.

Trois ans plus tard, l’accusé a comparu devant le tribunal pour répondre de son forfait. Il a été entendu, ce mardi 13 août par le tribunal criminel siégeant sans assistance de jury. A la demande du ministère public, il a été fait à l’appel à l’un des enquêteurs de la DCPJ afin de retracer les moments de l’enquête de la police judiciaire sur le dossier. Le policier Jacques Ebens Jeudy a répondu à l’appel du tribunal. La DCPJ, après son investigation a dressé trois rapports sur cette affaire, indiquant que la Brigade de protection des mineurs a été instruit de porter secours à la mineure en danger.

 

Lors de son audition, l’accusé Sergot Guersaint avoue avoir eu des rapports sexuels avec sa fille à maintes reprises. Toutefois, il indique avoir été manipulé par cette dernière. « Elle avait son plan en tête. Moi, je cherchais à lui inculquer des notions de principe. Pourtant, elle m’a piégé. Si aujourd’hui, je suis par devant ce tribunal pour y être jugé pour crime de viol, c’est parce que j’ai voulu soutenir ma fille. Il y a surement une main cachée derrière ce qui m’est arrivé » raconte Sergot.

Sergot Guersaint, est-ce que vous jugez normal que vous abusiez sexuellement de votre fille ? Non, a-t-il répondu au ministère public lui adressant cette question. L’accusé a déclaré au tribunal qu’il a des étourdissements chroniques et récurrents. Ce qui, selon lui, lui fait perdre le contrôle. Au beau milieu du procès, Sergot s’est jeté par terre en se tordant de douleurs au ventre. Ce qui a contraint le juge de siège Jean Wilner Morin à suspendre l’audience qui sera reprise le 26 août. 

L’enquête judiciaire a révélé l’existence des vidéos où l’accusé a été filmé en plein ébats sexuels avec sa propre fille. Il l’a même pénétrée par l’anus.  Selon des informations recueillies, sous les pressions de son père Sergot Guersaint, la victime, enceinte de son propre père, a dû avorter au moins trois fois.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :