Mardi 22 Octobre, 2019

La guerre commerciale rend le FMI moins optimiste pour la croissance mondiale

Photo remise par le FMI de la conférence de presse à Bali le 9 octobre 2018 avec Maurice Obstfeld (centre), économiste en chef du Fonds, du directeur adjoint Gian Maria Milesi-Ferretti (gauche) et de la responsable de la communication Wafa Amr (droite)

Photo remise par le FMI de la conférence de presse à Bali le 9 octobre 2018 avec Maurice Obstfeld (centre), économiste en chef du Fonds, du directeur adjoint Gian Maria Milesi-Ferretti (gauche) et de la responsable de la communication Wafa Amr (droite)

La guerre commerciale qui fait rage entre les États-Unis et la Chine est une ombre au tableau de l'économie mondiale, a souligné le Fonds monétaire international en abaissant les perspectives de croissance pour 2018 et 2019.

"La croissance économique mondiale est toujours solide comparée à ce qu'elle était plus tôt au cours de cette décennie, mais elle semble avoir plafonné", a commenté Maurice Obstfeld, le chef économiste du FMI.

"Quand les deux plus importantes économies mondiales - les États-Unis et la Chine - s'affrontent", cela "crée une situation dans laquelle tout le monde va souffrir". Et "la croissance est beaucoup plus inégale" qu'il y a six mois, a relevé au cours d'une conférence de presse l'économiste, qui doit passer la main en décembre.

- Éviter le protectionnisme -

Depuis, Washington est passé des paroles aux actes: 250 milliards de dollars d'importations chinoises sont sous le coup de droits de douane supplémentaires. Et Pékin a rétorqué en imposant des taxes sur 110 milliards de dollars de marchandises américaines.

Mais le FMI estime que la croissance va ralentir en 2019, à 2,5% pour les Etats-Unis (-0,2%) et +6,2% (-0,2%) pour la Chine.

Le président américain et son homologue chinois Xi Jinping se sont montrés jusqu'alors inflexibles. Donald Trump justifie son offensive par le fait qu'il entend obtenir de Pékin un changement concernant des pratiques commerciales qu'il juge "déloyales" (transfert de technologies forcé, dumping, "vol" de propriété intellectuelle). L'administration chinoise ne compte pas négocier avec "un couteau sous la gorge".

L'institution s'inquiète en particulier d'une nouvelle intensification des tensions commerciales qui pourrait créer un peu plus d'incertitude, éroder la confiance des entreprises et des marchés financiers, conduire à plus de volatilité financière et ralentir enfin les investissements et le commerce, moteurs de la croissance mondiale.

Au total, le PIB mondial pourrait être réduit de 0,8% d'ici 2020 contre 0,5% estimé en juillet.

Ailleurs dans le monde, le Fonds a également abaissé la prévision de croissance de la zone euro à 2% cette année (-0,2 point) dont celle de l'Allemagne (+1,9% soit -0,3 point) et de la France (+1,6% soit -0,2 point) dont les exportations pâtissent du ralentissement économique en Chine.

Dans cette partie du monde, le Venezuela s'enlise dans la récession et la reprise de l'expansion au Brésil, première puissance économique d'Amérique du Sud, sera bien moins forte que prévu. Enfin, l'Argentine, qui a obtenu du FMI une aide financière de 57 milliards de dollars, n'est pas épargnée par la crise des devises de certains pays émergents.

Le FMI relève par ailleurs les tensions politiques et diplomatiques qui ont contribué à affaiblir certaines économies. Et de citer les difficultés récentes en Italie de former un gouvernement, les incertitudes que fait toujours peser le Brexit en Grande-Bretagne, les tensions politiques entre les Etats-Unis et la Turquie ou encore la réimposition des sanctions américaines sur l'Iran.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :