Mercredi 22 Novembre, 2017

La grève des chauffeurs à Malpasse est levée

Inspection de véhicules a Malpasse/ Crédit photo: www.radiotelevisioncaraibes.com

Inspection de véhicules a Malpasse/ Crédit photo: www.radiotelevisioncaraibes.com

Les responsables des syndicats de transports haïtiens ont mis fin à leur mouvement de grève de trois jours suite à une rencontre tenue avec les autorités haïtiennes dans l’après-midi du 15 mai, le jour même du début du mouvement.

Ils ont juré de « poursuivre leur mouvement de manière pacifique jusqu’à ce qu’ils obtiennent satisfaction ». C’était lundi 15 mai dernier, des syndicats transporteurs haïtiens ont entamé une grève à la frontière de Jimani/Malpasse. Les conséquences ont été immédiates : les activités commerciales ont été totalement paralysées.

L’objectif de ce mouvement, rappelons-le, était d’exiger aux autorités haïtiennes la réhabilitation du tronçon routier de ce point frontalier. « Nos camions sont souvent tombés en panne en raison de l’état piteux de la route », a déploré le président du Syndicat de transporteurs haïtiano-dominicains, Jean Sanet Nelson.

Hier mardi 16 mai, les activités commerciales ont repris leur cours habituel. Le Groupe d'Appui aux Rapatriés et Refugiés (GARR) a constaté la circulation des gros camions qui transportent habituellement des marchandises en provenance de la République Dominicaine vers Haïti et des autobus de transport de passagers.

Le président du Syndicat de transports haitiano-dominicains a confié au GARR que « que les autorités du  Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) ont donné la garantie que la réhabilitation du tronçon routier de Jimani/Malpasse va être réalisée sous peu. »

Déjà, un lot de matériels dont 3 camions et une excavatrice pour démarrer les travaux de remblayage aurait été déjà remis à la commune de Ganthier. Monsieur Nelson a indiqué au GARR que des travailleurs du MTPTC ont commencé à étaler des  gravats  sur les  espaces affectés en fin d’après-midi du 15 mai 2017 en vue de rendre plus accessible le chemin conduisant à ce point frontalier. Selon le syndicaliste, les autorités haïtiennes ont annoncé que d’autres matériels vont être remis à l’administration municipale.  

L’organisme de droits humains, salue « la diligence des autorités haïtiennes pour faciliter la reprise des activités au point  frontalier de Jimani/Malpasse, le GARR plaide en faveur d’une meilleure gestion de la frontière au bénéfice des usagères et usagers des deux Etats de l’Île. »