Mardi 28 Janvier, 2020

PISCCA : la France soutient les efforts de la société civile en Haïti

Fondation Wynne pour l’Environnement, bénéficiaire du programme d'appui à la société civile haïtienne PISCCA. Crédit photo: Ambassade de France en Haïti

Fondation Wynne pour l’Environnement, bénéficiaire du programme d'appui à la société civile haïtienne PISCCA. Crédit photo: Ambassade de France en Haïti

27 projets d'organisations haïtienne ont été sélectionnés dans le cadre du fonds d'appui Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d'acteurs (PISCCA) 2019.

Pour la France, il y a de « vraies gens » en Haïti. Ils ne sont autres que ceux qui œuvrent dans l’amélioration des conditions d’existence dans le pays. L’ambassadeur José Gomez a fait mainmise de l’expression, jeudi 28 novembre dernier, lors d’un cocktail donné en l’honneur des lauréats du fonds Piscca 2019 au restaurant Yanvalou.

« Nous avons fait le choix de la proximité et du concret qui est de venir en aide aux vraies gens », a déclaré Monsieur Gomez, ambassadeur de France en Haïti, dans un discours de circonstance. L’important, pour ce dernier, c’est que l’aide soit directement parvenue aux principaux concernés.

Ils sont au nombre de 27 organisations qui ont circonscrit leurs projets autour des thématiques : éducation et bilinguisme, droits humains et citoyenneté, environnement, technologies numériques et sports.

Jemima Petit-Homme, coordonnatrice de projet pour le Collectif des jeunes de Gros Balance pour un autre Ganthier (CJGBG), l’une des organisations bénéficiaires du fonds, parle de « fonds d’appréciation » qu’il vient de recevoir.

« Avec cette allocation, nous allons monter des clubs de lecture dans la commune », prévient-elle. Une partie du fonds sera destinée au renforcement de la bibliothèque de Ganthier (département de l’Ouest, non loin de la frontière avec la République Dominicaine), explique la détentrice d’une licence en Travail social à la Faculté des sciences humaines, une entité de l’Université d’État d’Haïti.  

Grandit dans un environnement ou le livre représente un outil indispensable, la lecture aura permis a Madame Petit-Homme de progresser efficacement dans les études et s’offrir une éducation plus ou moins solide. Aujourd’hui, elle fait le constat amer d’un manque d’intérêt chez les jeunes pour la lecture. 

« Ce fonds d’appréciation nous aidera à faciliter la rencontre entre des icônes de la littérature haïtienne et les jeunes de Ganthier en quête des choses de l’esprit », estime-t-elle. « Les jeunes ont besoin de modèles capables de les influencer à prendre les livres en otage ».  

Eldrine Saindic, membre fondateur du Collectif des femmes actives du Nord-Ouest (CFANO), a fait le voyage depuis la cité de Capois La Mort pour assister une formation qui a précédé le cocktail. « Notre objectif c’est de promouvoir le droits des femmes et enfants dans le département », avance cette dernière.  

Toutefois, CFANO a été retenu pour le projet « Contribution à la réduction de déchet/insalubrité dans la ville de Port-de-Paix par la gestion intégrée des déchets solides ». « L’insalubrité constitue une préoccupation importante dans la métropole du Nord-Ouest », estime-t-elle.

Le fonds Piscca est à sa deuxième phase depuis son implémentation en 2017. Une dizaine d’associations ont déjà bénéficié d’un montant total de 470,000 dollars américains entre 2017 et 2018. Cette année, compte tenu des résultats obtenus et la détermination de l’Ambassade de renforcer son action auprès de la société civile haïtienne, le fonds est passé à 1 100 000 USD pour plus de bénéficiaires.

L’ONG française Initiative Développement (ID), œuvrant en Haïti depuis environ 25 ans, s’occupera de la formation et du suivi des projets financés sous demande de l’ambassade.

Websder Corneille @webscorneille

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :