Vendredi 18 Octobre, 2019

La DEA arrête une Haïtiano-américaine "en fuite" en Haïti

Le docteur haïtiano-américaine, Jeanne Germeil, arrêté en Haïti le 18 juillet 2019. Crédit Photo : Site web de la Clinique de Jeanne Germeil et Zocdoc

Le docteur haïtiano-américaine, Jeanne Germeil, arrêté en Haïti le 18 juillet 2019. Crédit Photo : Site web de la Clinique de Jeanne Germeil et Zocdoc

Une Haïtiano-américaine, Jeanne Germeil, qui dirigeait une clinique de médecine familiale aux Etats-Unis a été arrêtée en Haïti le 18 juillet dernier après une opération conjointe de la Police Nationale d’Haïti (PNH) et la "Drug Enforcement Administration" (DEA) dans la commune de Port-Salut. 

11 chefs d’accusation, dont "prescription abusive d’opioïde", ont été retenus par la juge fédérale Ursula Ungaro de l'Etat de Floride contre Jeanne Germeil, 55 ans, médecin de formation, selon les informations confirmées auprès de la PNH par plusieurs médias dont le Miami Herald. D'après ce que révèlent la police nationale et la DEA qui ont appréhendé la concernée dans la commune de Port-Salut, cette dernière, fuyant les Etats-Unis, était venue se réfugier en Haïti sous la fausse identité "Lacretia Roquel Pratt".

Après avoir délivré près de 14,000 ordonnances médicales (prescriptions) d’opioïde en 20 mois à des patients, Jeanne Germeil ou encore Lacretia Roquel Pratt a été inculpée au mois de février 2018 par la justice américaine, dans le comté de Miami-Dade. Les autres chefs d’accusation contre elle comportent chacun une peine de 20 ans de prison maximum. 

L'opioïde dont elle est accusé d'avoir prescrit de manière abusive à ses patients, est, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un peptide qui exerce un effet comparable à celui de la morphine donc psychotrope. Ce sont des substances psychoactives tirées du pavot à opium, ou leurs analogues de synthèse.

Libérée sous une caution de 250,000 dollars américains en septembre 2018, Jeanne Germeil a été déclarée en fuite dans la même année par la juge qui statuait sur l'affaire.

Appréhendée en Haïti ce 18 juillet 2019 par la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS), entité de la Police Nationale d’Haïti (PNH), avec l'aide de la Drug Enforcement Administration (DEA), Jeanne Germeil a été placée en garde à vue pour être transférée prochainement aux États-Unis d'Amérique.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :