Lundi 17 Juin, 2019

La Chine va investir dans le tourisme en République Dominicaine

Des investisseurs chinois et des entrepreneurs dominicains ont entamé des négociations en vue de stimuler le tourisme./Photo: Collage-Carlo Chancelien.

Des investisseurs chinois et des entrepreneurs dominicains ont entamé des négociations en vue de stimuler le tourisme./Photo: Collage-Carlo Chancelien.

Arès un an de relations diplomatiques entre la république voisine avec la Chine, une rencontre s’est tenue, hier mardi à l’hôtel El Embajador (Santo Domingo), entre des dirigeants dominicains et des investisseurs chinois. Carlo Chancelien, notre consultant en matière de tourisme, était invité à titre d’entrepreneur dans le domaine et confirme à Loop que le géant asiatique va bientôt investir dans le secteur touristique.

« Depuis que la relation entre les deux pays ont été établie en 2018, le gouvernement dominicain ne cesse d’ouvrir le marché aux Chinois et d’attirer des visiteurs venant du pays de Mao Tse Toung », a indiqué le patron de Le Jetsetter, sa firme de consultation.

Des négociations ont été entamées dans le but de stimuler le tourisme et de mettre en œuvre des plans d’investissement. Cette rencontre était dirigée par le ministre Francisco Javier Garcia, l’ambassadeur de Chine en République Dominicaine, Zhang Run, ainsi que le Secrétaire exécutif de la Fédération Mondiale des villes touristiques (WTCF), selon ce qu’a rapporté notre source.

La Chine est le plus grand pays émetteur de tourisme dans le monde. C’est plus de 150 millions de touristes chinois qui voyagent chaque année et qui dépensent des milliards de dollars, a expliqué M. Chancelien, soulignant que la RD veut aussi séduire une part de ce marché.

Ainsi, la République Dominicaine prévoit d’attirer 1 millions de visiteurs chinois sur son sol cette année. C’est ce qu’a déclaré le ministre Francisco Javier Garcia dans sa prise de parole, rapporte Chancelien au cours d’un entretien accordé à la rédaction ce mercredi 10 avril.

De nombreux entrepreneurs dominicains ont répondu présents à cette séance de travail et ont mis en avant les potentialités qui existent dans certaines régions comme Barahona, Azua, Constanza, Bonao, Nagua. Les Chinois ont même prévu de construire des aéroports internationaux dans ces zones à fort potentiel.

Le gouvernement que dirige Danilo Medina encourage même les professionnels de l’industrie à apprendre le mandarin pour mieux accueillir cette nouvelle clientèle, a poursuivi Chancelien.

Si les Dominicains misent sur les capitaux des Chinois pour attirer des investissements massifs, force est de constater pourtant qu’Haïti est encore à la traine en ce qui a trait à la relance de cette industrie, une des plus touchées par la crise socio-économique et politique actuelle.

Lors du mini-sommet organisé à Mar-A-Lago (Miami) entre Donald Trump et des chefs d’État de la caraïbe,  Danilo Medina a plaidé en faveur d’une baisse à niveau 2 l’alerte américain imposé sur son pays.

Celui à niveau 4 d’Haït n’est ni baissé, encore moins levé, selon les explications de Carlo Chancelien. « Haiti doit garantir au Département d’État Américain que notre niveau de criminalité a baissé, que l’instabilité est revenu. Or, c’est difficile à prouver avec un gouvernement démissionnaire », a-t-il indiqué à Loop.

Hier encore, le Département d’État Américain a enfoncé le clou en plaçant Haïti sur une liste de 35 pays à éviter pour haut risque d’enlèvements et de prises d’otages. Un tel classement éloigne davantage d’Haiti les potentiels visiteurs et voyageurs étrangers.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :