Dimanche 20 Septembre, 2020

La Caravane du changement soulève la grogne à Île-à-Vache

Flotte de matériels remise aux autorités de de la commune de l'île-à-Vache, 7 avril 2018. Crédit photo: Jovenel Moïse/Facebook

Flotte de matériels remise aux autorités de de la commune de l'île-à-Vache, 7 avril 2018. Crédit photo: Jovenel Moïse/Facebook

Les bruits courent que les autorités étatiques veulent déposséder Île-à-Vache de la flotte de matériels qu’elle s’est acquise dans le cadre de la Caravane du changement. La population promet de riposter ce lundi à travers une grande mobilisation.

7 avril 2018, le président Jouvenel Moïse a remis aux autorités locales de la commune de l'île-à-Vache une flotte de matériels et équipements, dans le cadre de la Caravane du changement. 15 décembre 2019, une délégation débarque dans la ville, à l’insu de tout le monde, dans le but de déposséder l’Île de ses engins lourds malgré que les travaux soient en cours d’achèvement.

« Je n’avais pas rencontré la délégation, a confirmé, ce lundi, à la rédaction de Loop le maire de la commune, Amazan Jean-Yves. Je l’ai apprise [la nouvelle, ndlr] par l’entremise d’une tierce personne qui avait accompagné la délégation ».

L’édile a contacté d’autres autorités de la zone, notamment le délégué départemental Serge Chéry, le responsable de la Caravane sur l’Île, Ingénieur Rodrigue [son nom de famille n’a pas été communiqué, ndlr], personne n’est au courant ni de la venue de ces commissaires ni de l’objectif de la visite. « La délégation a pris tout le monde de court », ricane Monsieur Jean-Yves.

Celui qui avait affiché un optimisme sans faille au lancement des travaux en 2018, se montre très préoccupé aujourd’hui par la suite du programme Caravane du changement. « Je pense que cette action est malvenue, estime-t-il. La caravane a démarré les travaux de déblayage, mais la route qui longe Caille Coq à la Pointe Est reste en terre battue ». « Beaucoup reste à faire ! »

Il avait espéré gros avec la Caravane parce que, c’est la première fois, dit-il, que l’État central s’est penché du côté de la population de l’Île. « La commune n’a jamais existé auparavant aux yeux des autorités centrales », regrette-t-il. Personne n’avait pensé que les routes de de la commune doivent être asphaltées ou bétonnées ».

La population promet de riposter à travers une grande manifestation ce lundi. « Nous sommes en train de nous regrouper pour descendre dans les rues et empêcher à la délégation de s’en aller avec les matériels », nous a confié, ce matin, Ismael Jean-Remy, membre du Konbit Oganizasyon Peyizan Ilavach (Kopi). « On se prépare contre de coup de massue », prévient-il.

Le premier citoyen de la commune ne voit pas d’un si mouvais œil cet élan de soulèvement. « C’est un mouvement citoyen. La Mairie ne peut pas empêcher aux gens de défendre leurs droits », a-t-il ajouté.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :