Jeudi 17 Octobre, 2019

La BRH autorise les banques commerciales à accepter la nouvelle CIN

La BRH autorise les banques commerciales à accepter la nouvelle carte d’identité

La BRH autorise les banques commerciales à accepter la nouvelle carte d’identité

Les banques commerciales sont autorisées à accepter la nouvelle carte d’identification nationale (CIN) délivrée par l’Office nationale d’identification (ONI) en cas de transactions bancaires des clients. Cette autorisation a été accordée dans une lettre de la Banque de la République d’Haïti (BRH) adressée au président du Conseil d’administration de l’Association Professionnelle des Banques (APB), Franck Helmcke.

« La BRH vous demande d’aviser les membres de votre association qu’ils peuvent accepter l’une ou l’autre carte en circulation comme une pièce d’identification officielle valide »lit-on dans cette correspondance datée du 10 septembre 2019. Les banques commerciales ont exprimé, toujours selon la lettre de la BRH, des préoccupations quant à la présentation des clients d’une carte d’identification récente différente de celle en circulation depuis des années. La banque des banques indique avoir abordé ce problème avec l’ONI.

Les  inquiétudes des banques ne s’envolent pas . En effet, le président de la Commission Éthique et Anticorruption du Sénat, le sénateur Youri Latortue, n’a pas mis du temps pour réagir à cette résolution de la BRH. Il demande à l’assemblée des sénateurs, via une correspondance adressée au président du corps, Carl Murat Cantave, de rappeler le Conseil de la BRH l’obligation qui lui est faite de se conformer au décret du 1er juin 2005 portant sur l’identification nationale.

Selon l’élu de l’Artibonite, cette nouvelle carte d’identification ne respecte pas les exigences de ce décret. Ce dernier doit subir des modifications avant l’utilisation d’une nouvelle carte d’identification sur le territoire.

Tout un scandale s’était éclaté autour de dossier relatif à la fabrication de cette nouvelle carte d’identification nationale. Le contrat conclu entre l’Etat haïtien et la compagnie Dermalog l’aurait été en dehors des normes de la passation des marchés. La Cour des comptes et du contentieux administratif (CSCCA) n’a pas donné son aval pour le valider.

En dépit des dénonciations du sénateur Youri Latortue et des organisations de la société civile, l’ONI ne fait qu’à sa tête.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :