Dimanche 18 Novembre, 2018

La Bolivie veut stopper le trafic d'Haïtiens sur son territoire

La Bolivie veut stopper le trafic des Haïtiens  sur son territoire. Photo: El Eder

La Bolivie veut stopper le trafic des Haïtiens sur son territoire. Photo: El Eder

Bloqués par les conditions sociales et économiques au Chili, certains Haïtiens tentent depuis avril dernier de traverser au Brésil. Pour y arriver, ils doivent premièrement traverser illégalement la Bolivie et, deuxièmement, se faire aider par des réseaux de trafiquants humains. Les autorités boliviennes se sont donc activées à cesser cette activité sur leur territoire.

Le week-end dernier, les autorités ont démantelé un réseau qui tentait de faire passer deux bus transportant 85 citoyens haïtiens qui voulaient se rendre à Santa Cruz, au Brésil. Ils ont également appréhendé 16 autres qui faisaient le chemin inverse et tentaient de traverser en deux groupes.

Idony Ambroise, 22 ans, a succombé à une crise cardiaque suite à cette opération, rapporte le journal El Deber. Son cadavre a été transporté vers la morgue d’Oruro, a informé le journal bolivien.

Ce n’est pas la première fois que les autorités boliviennes arrêtent des Haïtiens qui tentent de traverser ce pays, a fait savoir le chef de l’Interpol à Oruro, Juan José Álvarez. Six des 85 Haïtiens ont été identifiés en tant que pratiquants du trafic humain et ont été renvoyés devant le ministère public bolivien.

« De plus, les chercheurs ont pu trouver des preuves que l'un des membres de ce groupe agit comme « contremaître », il parle espagnol et autres langues […] », lit-on dans les colonnes du journal. Les autorités soupçonnent qu’il y a des trafiquants issus de la Bolivie, du Pérou, de l’Equateur et d’autres régions de l’Amérique du Sud.

Le directeur départemental des migrations, Henry Baldelomar, a rapporté que tous les Haïtiens détenus dimanche avaient été expulsés vers le Chili. Il a, d’ailleurs, précisé que 33 d’entre eux avaient la permission de rester légalement au Chili.

En août dernier, Interpol avait également appréhendé le Terminale de Santa Bimodal Cruz. Ces immigrants se sont échappés au contrôle de la frontière de Pisiga (du côté chilien) avec l’objectif d’atteindre les terres du Brésil, a affirmé le Directeur de Police Paul Saavedra.