Samedi 25 Janvier, 2020

La BM suggère l’augmentation du budget de la santé en Haïti

Un nouveau rapport publié par la Banque mondiale plaide en faveur de plus d’investissements publics et d’une meilleure allocation des dépenses dans le secteur sanitaire en Haïti. Ce rapport intitulé « Mieux dépenser pour mieux soigner : un regard sur le financement de la santé en Haïti » révèle que les dépenses publiques de santé par habitant sont inférieures à la moyenne de 15 dollars des pays à faible revenu. Haiti accuse seulement 13 dollars par an, tandis qu’à Cuba et en République Dominicaine, les dépenses sont respectivement au niveau de 781 dollars et 180 dollars.

Les catastrophes naturelles ne cessent pas de toucher le pays ces derniers temps. Dans un pareil contexte, cette évaluation systématique du financement de la santé en Haïti évoque un manque de dépenses liées à la prévention dans le pays. Ainsi, selon le rapport, plus de la moitié des dépenses totales de santé s’appliquent à des soins curatifs plutôt que préventifs.

Par ailleurs, Mary Barton-Dock, envoyée spéciale de la Banque mondiale en Haïti, juge que les dépenses dans le secteur de la santé devraient être exécutées là où il y avait plus de nécessités.  « En ces temps de lourdes contraintes budgétaires, il faut passer à un mécanisme de financement fondé sur les résultats pour rendre le système de santé plus efficient et plus équitable», a-t-elle précisé dans un communiqué de presse de la Banque mondiale concernant ce rapport.

L’objectif principal de la Politique Nationale de Santé (PNS) d’Haïti est d’accéder à la couverture sanitaire universelle. Toutefois, l’instabilité politique et les catastrophes naturelles fréquentes dans le pays ont empêché la marche vers cet objectif. Dépenser de façon plus judicieuse en ce qui concerne les hôpitaux, mieux utiliser le financement externe et augmenter les ressources pour la santé, entre autres, sont des pistes qu’offre le rapport de la Banque mondiale pour accélérer les progrès vers cette couverture sanitaire universelle tant désirée.

Il est nécessaire de préciser que le but de la couverture universelle en matière de santé est de permettre l’accessibilité aux services de santé, de manière inclusive, à toutes les couches de la population. En ce sens, dans la perspective de favoriser l’équité en matière d’accès aux soins de santé, la suppression des frais d’utilisation pour certains services ou populations cibles en particulier dans les zones rurales s’impose, préconise la Banque Mondiale.

Rode Louis Azer Chery

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :