Jeudi 13 Décembre, 2018

La bibliothèque de Petit-Goâve ne portera pas le nom : Dany Laferrière

La façade du nouveau bâtiment de la bibliothèque de Petit-Goave portant le nom de Dany Laferrière.

La façade du nouveau bâtiment de la bibliothèque de Petit-Goave portant le nom de Dany Laferrière.

« Nul n’est prophète en son pays » est un proverbe que Dany Laferrière aurait bien pu faire sien en ce moment. L’histoire finit tristement pour lui : la bibliothèque de Petit-Goâve ne portera finalement pas son nom.

Alors qu’il a fait le voyage de la France pour venir assister à l’inauguration du bâtiment fraîchement reconstruit par l’ONG Agro Action Allemande (AAA), l’académicien était tout excité à l’idée de devenir immortel dans la ville de son enfance aussi, au point de demander à faire une visite des lieux le dimanche 3 septembre dernier, accompagné de sa femme. « Je tenais à voir sur quoi est inscrit mon nom, m’a-t-il dit. Il était content, souriant. Il s’est fait prendre en photo », raconte l’ingénieur Edner Joseph, le chef de programme/projets à AAA.

L’Immortel, comme un gamin qui reçoit son cadeau de noël, était trop heureux de partager une photo de la façade de la bâtisse, portant l’inscription en grandes lettres : « Bibliothèque Nationale Dany Laferrière », avec son camarade écrivain franco-congolais Alain Mabanckou. Et ce dernier n’a pas pu cacher sa surprise et sa joie quand il a décidé de publier l’image directement sur son compte Facebook.  

La cérémonie inaugurale programmée au jeudi 7 septembre dernier dans le cadre de la tournée nationale « Urgence de lire » a été reportée à cause du passage de l’ouragan Irma sur le pays. Mais pas seulement. Car l’idée même de baptiser la bibliothèque du nom de Dany Laferrière s’est heurtée au refus des autorités et à une certaine hostilité de militants politiques de la ville de Petit-Goâve.

« Dany est de ma famille, c’est un ami, ce serait un honneur de donner son nom à la bibliothèque, mais il se pose un problème constitutionnel », a fait valoir le maire de la ville. Jean Samson Limongy évoque l’article 7 de la constitution qui stipule : « Le culte de la personnalité est formellement interdit. Les effigies, les noms de personnages vivants ne peuvent figurer sur la monnaie, les timbres, les vignettes. Il en est de même pour les bâtiments publics, les rues et les ouvrages d'art. »

Alors d’où vient la polémique ? « AAA n’a rien à voir avec le nom d’un bâtiment construit pour l’Etat, s’est déchargé Edner Joseph, ingénieur. De notre côté, tout ce que nous voulions c’était d’offrir une bibliothèque à la ville de Petit-Goâve comme c’est le vœu exprimé de bon nombre de Petit-Goâviens. Après que la construction ait été achevée, nous avons écrit aux responsables de la Bibliothèque nationale d’Haïti pour leur demander quel nom donner à la bibliothèque, ils nous ont recommandé de l'appeler : Bibliothèque Nationale Dany Laferrière. »

L’affaire était sur le point d’être réglée lorsque la Bibliothèque nationale s’est rétractée et demande à AAA de ramener la bibliothèque à son nom d’avant à savoir : Bibliothèque municipale de Petit-Goâve. Mais hier dimanche 10 septembre, des membres de l’organisation politique Front Mixte de Libération (FML), la plupart des enseignants, sont allés vite en besogne en appliquant de la peinture sur le mur pour effacer le nom de Dany Laferrière qui s’y trouvait inscrit.

Ce geste qui ne fait pas honneur à l’auteur de L’énigme du retour, Prix Médicis 2009, a suscité l’indignation de plusieurs citoyens de la ville et d'ailleurs qui se sont lâchés sur les réseaux sociaux.

Si le maire de Petit-Goâve admet bien qu’il s’agit d’un « acte de vandalisme » interdit aussi par la Constitution, il ne signale aucune punition contre les auteurs visiblement identifiés dans une vidéo publiée sur Facebook. Jean Samson Limongy renvoie la balle, à juste titre, aux pieds des autorités judiciaires.

Pour l’heure, l’inauguration de la désormais « Bibliothèque municipale de petit-Goâve » est renvoyée à une date ultérieure, le temps que les esprits se soient calmés. Car, l'ingénieur Joseph estime que « la conjoncture n’est encore pas propice à cela. »

Détruit par le séisme de janvier 2010, le nouveau bâtiment de la bibliothèque municipale de Petit-Goâve est construit sur le même site que l’ancien par l’Agro Action Allemande pour un coût estimé à environ 400 mille dollars US, co-financé par l'ONG elle-même et l’Union Européenne. Située en plein cœur de la cité de Faustin Soulouque, et doté de salle de lecture, salle informatique, salle de conférence et cafétéria, le nouveau bâtiment de la bibliothèque devient plus résistant aux aléas naturels, plus vaste et mieux adapté aux besoins du personnel et des lecteurs.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :