Samedi 25 Janvier, 2020

Kelly C. Bastien: "L’OEA avait refusé d’appuyer l’enquête de la CSCCA"

Photo de l’ancien sénateur Kelly C. Bastien

Photo de l’ancien sénateur Kelly C. Bastien

L’ancien président du Sénat Kelly C. Bastien a fait une révélation pour le moins fracassante lors d'une interview ce 21 juin à propos de l’Organisation des États Américains (OEA). L’ancien parlementaire qui a d’ailleurs rencontré la délégation de l’OEA venue en Haïti, informe que la CSC/CA avait sollicité l’appui technique de l’organisation dans la réalisation du rapport Petrocaribe et que cette dernière avait catégoriquement refusé.

En proposant, après la publication du rapport final de la Cour supérieure des comptes sur la gestion des fonds Petrocaribe, ''une commission d'experts internationaux en matière de finances'' pour enquêter sur les fonds vénézuéliens, l’Organisation des Etats Américains (OEA) serait en train de jouer le jouer des Etats-Unis d'Amérique sur cette affaire, selon Kelly C. Bastien. L'ex-président du Sénat s'explique.

« Les juges de la CSC/CA avaient sollicité l'assistance technique des experts de l’OEA pour réaliser le rapport Petrocaribe et ces deniers avaient refusé », révèle-t-il. Monsieur Bastien a également souligné que la CSC/CA avait aussi sollicité l’aide de plusieurs autres pays, dont la France, qui dans sa réponse, avait fait part de sa volonté d’appuyer l’enquête, mais sur une période de trois ans.

Kelly C. Bastien interprète cette réaction française comme étant une démarche visant à réaliser l’enquête après le mandat de Jovenel Moïse, puisqu’il était, dit-li, prévisible que le chef de l’État soit indexé dans un tel rapport.

Par ailleurs, le membre de l'opposition dénonce une politique deux poids deux mesures des Etats-Unis dans la région. Il dit se rappeler que les Américains faisaient des pressions sur le Parlement pour adopter une loi sur la corruption. « Ils avaient même menacé de bloquer les transactions d'argents ''transferts'' si Haïti n’avait pas voté cette loi », raconte-t-il. « Paradoxalement aujourd’hui », poursuit Bastien, « ils nous demandent de nous asseoir avec un corrompu, épinglé par un rapport d’enquête de la plus grande institution administrative du pays ».

« L’OEA est un instrument placé entre les mains des États-Unis d’Amérique pour défendre ses propres intérêts », fait savoir l'homme politique, poursuivant que l'organisation « devrait d’exiger au président de la République qui avait en octobre 2018 assuré que toutes personnes accusées dans ce rapport de la CSC/CA comparaitraient devant la justice, de se mettre lui-même à la disposition de la justice pour répondre aux accusations de la CSC/CA », tance l’ex-sénateur.

L’Organisation des Etats Américains doit montrer le même niveau de moralité et de solidarité avec Haïti, comme cela a été le cas pour le Panama, le Guatemala, la République dominicaine etc, souligne Bastien.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :