Mardi 28 Janvier, 2020

Me Saint-Villier appelle à la reprise des activités dans les tribunaux

L’association professionnelle des magistrats, par la voix de son président Me Wando Saint-Villier, demande aux magistrats de reprendre le travail cette semaine à la suite de l’accalmie observée depuis la semaine dernière. Cette structure, constituée de juges, avait appelé ses membres en septembre dernier à observer un arrêt de travail en raison de l’ampleur de la crise socio-politique et économique du pays.

Alors qu’il interpelle ses homologues à se rendre dans les tribunaux pour remplir leur mission, le doyen du tribunal de première instance de Jacmel leur demande de faire preuve de grande prudence.   

En ce qui concerne les difficultés pour les magistrats de la juridiction Port-au-Prince de faire leur travail en toute sérénité en raison du grave problème d’insécurité qui prévaut au niveau du bicentenaire où les bandits imposent leur loi, le responsable de l’APM demande au ministre de la Justice et de la sécurité publique de s’asseoir avec les responsables du conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) afin de trouver une solution. Me Saint-Villier estime que les autorités doivent penser à un plan B à savoir la délocalisation provisoire du palais de justice et de la cour d’appel de la capitale en attendant la pacification de la zone du bicentenaire. « Si les bandits armés se montrent plus puissants que les autorités gouvernementales en ce qui concerne le rétablissement de l’ordre dans la zone, on n’aura pas d’autre choix que celui de déloger  le palais de justice », juge Me Wando Saint-Villier.

Depuis le mois de juillet dernier, la zone du Bicentenaire qui était déjà sous le contrôle des gangs armés est devenue inaccessible. Des magistrats, avocats y compris d’autres membres du personnel de la justice ne pouvaient mettre les pieds à la cour du palais de justice. Plusieurs d’entre eux qui ont tenté de prendre la voie du tribunal ont été contraints par le climat d’insécurité de rebrousser chemin. Les justiciables sont les principales victimes de cette situation notamment des centaines de détenus qui pourrissent au Pénitencier National sans être fixés sur leurs sorts.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :