Lundi 23 Septembre, 2019

Joseph Lambert, un nouvel opposant à Jovenel Moïse

Le sénateur Joseph Lambert et le président Jovenel Moïse/ Photo: Page Facebook de Jovenel Moïse

Le sénateur Joseph Lambert et le président Jovenel Moïse/ Photo: Page Facebook de Jovenel Moïse

De plus en plus, des grands manitous de la politique haïtienne qui supportaient le président de la République Jovenel Moise s’égrainent. Après le sénateur de l’Artibonite Youri Latortue, c’est au tour de Joseph Lambert  de prendre son virage. La décision du parlementaire résulte du fait que le chef de l’Etat n’a pas tenu sa promesse de le nommer Premier ministre. Détails.

Avant le choix de Fritz William, il est conclu que le président jetterait son dévolu sur l’Élu du sud-est. Certains sénateurs ont même été au courant et laissaient présager qu’ils soutiendraient Monsieur Lambert. Pourtant, Jovenel Moïse a désigné Fritz William Michel sans en avertir le sénateur. Ce qui représente une réminiscence fâcheuse pour Joseph Lambert qui a rejoint ses collègues Youri Latortue, Evalière Beauplan, Antonio Chéramy, Nenel Cassy, Ricard Pierre, Saurel Jacinthe dans l’opposition.

Le divorce entre Joseph Lambert et Jovenel Moïse est consommé. A tel point, l’intéressé révèle qu’il a décidé de ne plus mettre les pieds au palais national durant le reste du mandat de Jovenel Moïse ni dans la résidence privée  du chef de l'Etat.

Joseph Lambert explique que le locataire du palais national a désigné Fritz William Michel pour succéder à Jean Michel Lapin  par ce que le président ne lui faisait pas confiance.  « Avec le président Jovenel Moïse, la méfiance s’installe et je ne peux plus être son Premier ministre », tance Monsieur Lambert écartant la possibilité de travailler à l'avenir aux côtés de Jovenel Moïse comme chef du gouvernement.  

Sur radio vision 2000, le sénateur dénonce la gestion du pays faite par Moïse. L’élu du Sud’est s’en prend également au président pour n’avoir pas honoré ses engagements de campagne électorale pris envers les habitants de son département. « Il avait promis la construction des routes Marigot, Belle-Anse en passant par forêt des pins. Autant de situations qui me déçoivent aux yeux de la population. Je ne peux continuer à soutenir le président, explique Joseph Lambert.

Si Jovenel Moïse s’attaquait au mandat des parlementaires pour pouvoir diriger par décret, cela lui exposerait à des graves risques. Le sénateur Lambert, qui se dit être « acrobate politique », fait savoir qu’il est prêt à gagner les rues dans un contexte d’une situation politique qui n'est point certainement favorable au chef de l'Etat.

Lors de son entretien sur Vision 2000, le sénateur a aussi fait des révélations concernant la présence de Jean Roudy Aly du cabinet ministériel de Jean Michel Lapin. « Le parti haïtien tèt kale (PHTK) était prêt à accepter l’éviction du très controversé ministre de la justice dans le gouvernement de Jean Michel Lapin » si l’on en croit le désormais ex-supporteur du régime Joseph Lambert. Le sénateur du Sud-est révèle que c’est surtout un groupe de députés de la majorité présidentielle qui soutenait le maintien du garde des sceaux démissionnaire en échange d’une vague de nominations de leurs proches au niveau du Ministère de la justice. 

Concernant la possibilité que Fritz William Michel passe le cap du Parlement, le sénateur Joseph Lambert annonce qu’il votera contre la déclaration de politique générale du Premier ministre nommé. Il affirme l’avoir clairement fait savoir au président Jovenel Moïse et au principal intéressé qui était d’ailleurs venu le consulter.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :