Jeudi 18 Juillet, 2019

Joël Salien, deuxième lauréat du prix international de l'IRAM

Joël Salien, deuxième lauréat de la catégorie des moins de 30 ans du concours international de nouvelle de l'IRAM.

Joël Salien, deuxième lauréat de la catégorie des moins de 30 ans du concours international de nouvelle de l'IRAM.

Le jeune écrivain haïtien Joël Salien termine, avec sa nouvelle intitulée « Baby »,  en étant le deuxième lauréat dans la catégorie des moins de 30 ans du concours international de nouvelle de l’IRAM sur un total de 379 nouvelles venues de 30 pays. Il s’est entretenu avec Loop Haïti.

S’adressant aux auteurs francophones « avec une attention particulière pour les jeunes et nouveaux auteurs », ce concours international de nouvelle littéraire a été lancé à l’occasion des 60 ans d’existence de l’IRAM (Institut de Recherches et d’Application des Méthodes de Développement), une organisation basée à Paris et intervenant dans le domaine de la coopération internationale. Organisé sous le thème Rencontrer l’autre et devenir soi, le concours a été ouvert à des auteurs répartis en deux catégories : moins de 30 ans et plus de 30 ans.

 

Le jeune écrivain, né à Port-au-Prince en 1991, a étudié le travail social et le droit à l’Université d’État d’Haïti. Passionné de littérature, Joël Salien est charmé par le style d’écriture de Louis-Philippe Dalembert, Dany Laferrière, René Dépestre et, parmi les écrivains étrangers, des auteurs comme Catherine Cusset, Alain Mabanckou et Gabriel Garcia Marquez.

« J’ai commencé à écrire à l’âge de 13 ans. À ce moment-là, j’étais en huitième année fondamentale au Collège Saint Pierre. Mon premier texte fut un conte que j’ai intitulé Bertrand et la carte magique », dévoile-t-il à Loop Haïti.

« Dans une prison pour mineur, un détenu tente de raconter sa vie à une étudiante en psychologie venue réaliser des entrevues avec des détenus dans le cadre de son mémoire de licence »

Dans « Baby », Joël Salien fait la promotion du respect de la dignité de la personne humaine et de l’amour du prochain. C’est une nouvelle écrite à la deuxième personne du singulier qui aborde, en outre, la situation des mineurs en conflit avec la loi, la domesticité juvénile, la situation des enfants orphelins, la question des surâgés dans le système éducatif haïtien et évidemment, la construction identitaire.

« En général, dans mes écrits, je m’intéresse aux questions relatives aux droits humains, à la liberté, la tolérance et la construction identitaire ». D’ailleurs, ce qui l’a motivé, nous dit-t-il, c’est non seulement sa passion pour l’écriture, mais également le thème du concours. En effet, le jeune écrivain a décelé l’éventualité d’un rapport entre « la construction identitaire » et le thème du concours.

Joël Salien accueille ce prix (le premier dans sa jeune carrière d’écrivain) qu'il recevra en juin prochain comme une invitation à continuer de lire, d’écrire et de se perfectionner.  

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :