Jeudi 22 Août, 2019

Jean Renel Sénatus «  ne regrette pas » d’avoir voté pour le budget 

Le sénateur de l’Ouest Jean Renel Sénatus.

Le sénateur de l’Ouest Jean Renel Sénatus.

La dernière ligne droite pour la mise en application du budget 2017-2018 a été franchie, le texte est publié dans le journal officiel le Moniteur le mardi 19 septembre dernier. Désormais, c’est n'est qu’une question de temps : à partir du 1er octobre 2017, début de la nouvelle année fiscale, il entrera bien en vigueur.

La loi budgétaire a quand même déclenché une véritable levée de bouclier de la part des citoyens qui la qualifient de « criminel », pour autant qu’elle revoie à la hausse les taxes et les impôts. La mobilisation prend, chaque fois plus d'ampleur, allant de manifestation rue à grève des transports publics et plus loin d'appels à la désobéissance civile.

C’est dans ce contexte que, les parlementaires sont aussi pointés du doigt pour avoir voté en grande majorité le projet de loi d’alors, malgré les failles dénoncées par les économistes. Fraîchement revenu d’une mission de huit jours au Bénin pour mieux connaître les pratiques de zombification dans le cadre de la révision du code pénal, le sénateur Jean Renel Sénatus s’invite, à juste titre, dans le débat. Sa position ?  Il « dit ne pas regretter d'avoir accordé un vote favorable au budget », rapporte Radio Pacific.

Toutefois, le sénateur de l’Ouest ne se montre pas intransigeant. En marge d’une rencontre, lundi 24 septembre dans la soirée entre le Conseil supérieur du pouvoir judicaire (CSPJ) et la commission Justice, Sécurité et Défense nationale du Sénat, il suggère de prendre des dispositions en vue de calmer la colère de ceux qui se sentent  désavantagés par la loi de finances. Le sénateur de l'Ouest parle expressément  d'un « budget rectificatif » qui devra être soumis  sous peu au Parlement, prenant en compte cette fois, « des principales revendications des protestataires. »

La semaine dernière, le président Jovenel Moïse avait déjà annoncé son intention de modifier le budget en déclarant implicitement : « Si la société a un problème avec cette loi, l’exécutif peut travailler avec le Parlement pour apporter des améliorations. » Un avis partagé par le président du sénat Youri Latortue qui estime que le budget a « des points d’ombres qui méritent des éclaircissements. »

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :