Dimanche 21 Avril, 2019

Jean-Henry Céant affirme qu'il est toujours à la tête de la Primature

Jean-Henry Céant

Jean-Henry Céant

Alors que quatre-vingt treize (93) députés ont infligé une motion de censure à Jean-Henry Céant et son gouvernement lors de la séance d’interpellation tenue, ce lundi 18 mars 2019, le notaire n’entend pas lâcher du lest. Dans une entrevue accordée au quotidien Le Nouvelliste, Jean-Henry Céant indique qu’il est un Premier ministre en fonction. Par conséquent, il dit écarter toute possibilité de liquider les affaires comme l’aurait fait un Premier ministre démissionnaire.

Pour le notaire Céant, la séance d’interpellation tenue à la chambre basse à l’issue de laquelle lui et son gouvernement ont été renvoyés est illégale et inconstitutionnelle, elle va à l’encontre des valeurs républicaines. De ce fait, il n’est nullement concerné par cette sanction.

« Je suis encore en poste comme Premier ministre. J’ai un rendez-vous devant le Sénat mercredi parce que l’interpellation qui a commencé au Sénat doit finir par un vote de confiance ou de censure », a martelé Jean-Henry Céant lors de son entrevue au journal Le Nouvelliste. Pour l’instant, Jean-Henry Céant se dit en consultation avec les membres de son équipe sur la décision à prendre.  

Plus loin, le notaire a vendu la mèche en évoquant ses pommes de discorde avec le président de la République, Jovenel Moïse. Me Céant a révélé avoir été traité comme une brebis galeuse en raison notamment de son attitude à ne pas obéir sans comprendre. « Il [Jovenel Moise] n’a jamais pu tolérer ma personnalité et le fait que je lui disais ce que je pensais et je voulais le conduire sur le bon chemin. Je n’étais pas un Premier ministre béni oui-oui. Je lui ai toujours dit mon opinion », des propos de l'homme de Renmen Ayiti rapportés par le quotidien.

Selon Céant, c’est  sa détermination à faciliter la tenue du procès Petrocaribe, à faire la lumière sur la gestion des organismes déconcentrés et autonomes de l’État, dont l’ONA, l’APN, l’OFATMA …, bref à combattre la corruption qui est à la base de la dissonance avec le Jovenel Moïse.

S’il doit partir, il le fera avec le cœur léger vraisemblablement. Jean-Henry Céant se décerne un satisfécit pour avoir passé de la parole aux actes en ce qui est de ses démarches pour le procès PetroCaribe qui, dit-il, ont provoqué la peur sans indiquer de quel camp était cette frayeur. Toutefois, il indique ignorer que la présidence avait peur.

Jean-Henry Céant rappelle que le chef de l’État avait passé la serpillière à son entourage. Des gens autour du président, indexés dans le dossier Petrocaribe ont été renvoyés. Je ne sais pas s’ils ont encore de l’influence sur le président. Je ne sais pas ce qu’il faut faire. Laissons la lumière se faire et tout le monde connaîtra la vérité », a-t-il dit.

Jean-Henry Céant croit que la lutte pour l’amélioration des conditions de vie du peuple haïtien doit se poursuivre. Il dit également souhaiter que la  transparence soit l’apanage de l’État comme il l’a toujours voulu.   

Sur 105 députés qui participaient à la séance d’interpellation du lundi 18 mars 2019, quatre-vingt-treize (93) se sont prononcés en faveur d’une motion de censure contre le notaire Céant et son gouvernement, six (6) ont voté contre et trois (3) autres  se sont abstenus.

Selon l’alinéa 4 de l’article 129 de la constitution de 1987 amendée, lorsque la demande d’interpellation aboutit à un vote de censure   sure une question se rapportant au programme ou à une décision, le Premier ministre doit remettre au président de la République la démission de son gouvernement.

Rappelons qu’après l’échec orchestré par le sénat de la République dans sa démarche d’interpellation du Premier ministre et des ministres de la  justice et de la sécurité publique et de l’intérieur et des collectivités territoriales, une nouvelle séance est programmée pour mercredi 20 mars 2019. Cette séance aura bel et bien lieu, a confirmé le bureau du président du sénat.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :